Cet article est publié dans Brèves, marqué avec , .
Nombre de lectures : 1573

Partager...
  • 14
  • 3
  •  
  •  
  • 1
  •  

1 280 plages disparues des listes européennes entre 1997 et 2007

La fondation Surfrider lutte contre toutes les agressions du littoral européen (dégradation, artificialisation, pollution). Elle veut comprendre pourquoi des plages en Europe disparaissent des listes officielles des zones de baignade, contrôlées par la commission européenne, sans aucune justification. Erreurs, oublis volontaires ou involontaires… méthode illégale de certaines communes pour cacher des plages polluées ?

1 280 plages disparues des listes européennes entre 1997 et 2007

 

Des plages réelles qui n’existent pas

Parmi les quelques 1 280 plages disparues en Europe pendant la dernière décennie, 151 sont françaises indique l’enquête présentée fin juin par la fondation Surfrider. Cette étude porte sur le délistage des plages en Europe et leur retrait volontaire ou non des listes officielles des zones de baignade. Ces plages échappent ainsi aux contrôles sanitaires des états et de l’Europe, évitant le déclassement pour mauvaise qualité des eaux. Mais avant de publier la liste des plages concernées, la fondation Surfrider souhaite faire toute la lumière sur les conditions officielles de suppression des listes. Les conclusions de l’enquête sont attendues pour l’automne 2012.

 

Contourner la réglementation

Lorsqu’une zone de plage n’est plus inscrite comme zone de baignade, les réglementations en vigueur concernant la qualité des eaux de baignade ne s’appliquent plus. Pour contourner l’obligation de contrôle, certaines municipalités dé-listent volontairement leurs plages en cas de pollution. Les usagers de la plage ne sont donc plus informés. Pourtant, en cas de pollution, c’est strictement interdit. Olivier Barrière, conseiller Environnement chez Surfrider Europe précise :

« La réglementation n’autorise pas une fermeture définitive pour problème de contamination. Le gestionnaire a pour obligation d’engager un certain nombre de travaux pour améliorer la qualité des eaux littorales ».

 

Plage fantôme dans le Pays basque

Dans le Pays basque, connu pourtant pour la qualité de ses plages et les efforts faits pour lutter contre la pollution, l’une des plus belles plages a disparu des listes. À Bidart, la plage Ouhabia n’est plus, alors que sa fréquentation est très importante. Lors d’une interview sur les ondes de France Info le 6 juillet dernier, Christian Barrague, adjoint au maire, ne comprend pas. Ouhabia est une plage ouverte et surveillée. L’élu reconnaît cependant qu’après des orages et des fortes pluies, la rivière qui se déverse dans l’Océan est source d’une pollution bactériologique importante.

La côte basque met pourtant tous les atouts de son côté pour l’amélioration des eaux de baignade. L’économie locale, avec le tourisme de plage, en dépend énormément.

 

Nouvelle directive européenne en 2015

Les prochaines normes européennes concernant la qualité des eaux, applicables à partir de 2015 seront quatre fois plus sévères que celles actuellement appliquées. 2015 c’est demain et de nombreuses communes littorales en Europe n’auront pas pris le temps de rendre compatible les eaux de baignade avec ces nouvelles normes. De nombreuses autres plages ou sites de baignades pourraient alors encore être radiées pour ne pas subir les sanctions de la Commission européenne.

 

Pour en savoir plus, lire le rapport « Etude des dé-listages de plages en Europe » réalisé par la Surfrider Fondation Europe qui détaille les dé-listages pays par pays.


Sources :
> www.franceinfo.fr
> surfrider64.com
> blog.surf-prevention.com


Partager...
  • 14
  • 3
  •  
  •  
  • 1
  •