Ce contenu a été publié dans Brèves. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.
Nombre de lectures : 1137

Partager...
  • 10
  •  
  •  
  • 2
  •  

Accès interdit aux personnes handicapées

Les personnes handicapées aujourd’hui se disent encore : Est-ce que je peux aller à la banque ? Est-ce que je peux aller au cinéma ?… Soyez patient est la réponse du gouvernement. Mercredi 26 février 2014, ce dernier vient d’accorder de nouveaux délais de 3 à 9 ans pour rendre les espaces publics et les transports accessibles aux personnes handicapées.

Accès interdit aux handicapés

En 2005 la loi accordait un délai de dix années pour réaliser les travaux d’aménagement et rendre les espaces publics et les transports accessibles aux personnes handicapées ou à mobilité réduite : personnes en fauteuil roulant, non-voyants, malentendants, blessés…

L’échéance du 1er janvier 2015 est toujours d’actualité, mais le gouvernement a accordé de nouveaux délais aux retardataires.  Des agendas d’accessibilité programmée (Ad’ap) ont été mis en place pour leur laisser le temps de se mettre aux normes : trois ans pour les petits commerces et les transports urbains… six ans pour les écoles, les cinémas… et neuf ans pour les transports ferroviaires, les patrimoines complexes.

 

Le gouvernement :

« Le non-respect de l’échéance du 1er janvier 2015, sauf dérogation validée, reste passible de sanctions pénales. Les Ad’ap sont un dispositif d’exception qui permet de poursuivre en toute sécurité juridique des travaux d’accessibilité après le 1er janvier 2015. »

 

Fnath, association des accidentés de la vie :

« Ce nouveau délai est difficile à accepter. Toutefois, ce dispositif reste la moins mauvaise des solutions, à condition qu’il s’accompagne dans la durée par une mobilisation de l’ensemble des acteurs. »

 

L’Association des Paralysés de France :

« Si les Ad’ap présentent quelques aspects positifs, ils comportent également de nombreuses lacunes qui font douter de leur efficacité ! Nous attendons que des sanctions significatives soient mises en œuvre. »

 

Philippe Croizon, grand  athlète amputé des quatre membres en colère répond sur iTélé :

« On n’est pas encore de vrais citoyens. On est encore une sous-catégorie. On n’existe pas encore pour tout le monde…

Les personnes handicapées aujourd’hui se disent encore : Est-ce que je peux aller à la banque ? Est-ce que je peux aller au cinéma ?…

Si je parle des écoles je vais m’énerver... »

 

 

Sources :
> faire-face.fr : L’accessibilité, ce n’est pas maintenant mais dans 3 à 9 ans
> developpement-durable.gouv.fr : Agenda d’Accessibilité Programmée

 



Partager...
  • 10
  •  
  •  
  • 2
  •