Cet article est publié dans Brèves, marqué avec , , , .
Nombre de lectures : 1188

Partager...
  • 13
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Arnaque, céréales et pesticides

Dans l’émission Interception sur France Inter, Inès Léraud revient sur la sale affaire Nutréa filiale de Triskalia. Quatre employés empoisonnés par un pesticide interdit et licenciés pour inaptitude ont engagé des procédures judiciaires à l’encontre de leur ex-employeur.

 

L’histoire d’une intoxication aux pesticides inexcusable

Fin 2008 commence la sale histoire de l’entreprise Nutréa spécialiste de granulés à destination des animaux, une filiale de Triskalia le plus grand groupe d’agro-alimentaire de Bretagne avec 4 500 salariés et 20 000 agriculteurs adhérents. Les dirigeants décident de réduire ses coûts en cessant de ventiler les stocks de céréales. 20 000 tonnes sont alors infectées par des insectes, de la pourriture, etc. Pour ne pas perdre une seule céréale, ils font asperger les stocks de pesticides. Deux employés, Stéphane Rouxel et Laurent Guillou, sont empoisonnés par le pesticide, Nuvan Total (contenant du dichlorvos), interdit depuis juin 2007. Les deux hommes deviennent extrêmement sensibles aux produits chimiques et aux produits ménagers : vomissements, démangeaisons, diarrhées, saignements de nez, raideurs dans les doigts, maux de tête, douleurs au ventre, problèmes respiratoires…

 

Laurent Guillou, :

« On réceptionnait et transportait des céréales venant de hangars où elles étaient stockées. Mais, pour des raisons d’économies, la direction a décidé de ne plus faire fonctionner la ventilation dans ces hangars. Du coup, les céréales entreposées ont commencé à s’échauffer et ont été infestées de vermines, des milliards de charançons, de moucherons… C’était l’horreur. Pour pouvoir s’en débarrasser, l’entreprise a traité avec de fortes doses de pesticides. C’est comme ça que l’on a été intoxiqué ».

D’autres employés de Nutréa ont été intoxiqués, dont deux licenciés pour inaptitudes.

En septembre 2014, le tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) de Saint-Brieuc a reconnu « la faute inexcusable » de l’entreprise Nutréa. C’est une première victoire et les procès continuent.

L’Office National des Forêts a constaté une mortalité anormale de certains animaux sauvages, principalement les oiseaux, autour de l’usine. Les éleveurs de porcs et de volailles du coin ont aussi remarqué une surmortalité de leurs animaux qui se sont nourris avec céréales de Nutréa.

Dans le reportage Interception, « Bretagne : une histoire de grains pourris », la journaliste Inès Léraud se heurte à l’omerta bien ancrée dans le milieu de l’industrie agroalimentaire. Impossible aussi de savoir auprès de la DGCCRF (direction générale des fraudes) si cette contamination a impacté la chaîne alimentaire.

 

 

François Veillerette, porte-Parole de Générations Futures :

« Il est plus que temps que l’agroalimentaire et l’agriculture dans son ensemble prennent les mesures qui s’imposent pour ne plus exposer leurs salariés à des pesticides dangereux, faute de quoi de telles procédures vont se multiplier confirmant les risques que font courir aux travailleurs ces toxiques. Le changement de cap et le développement des alternatives aux pesticides, c’est possible et surtout c’est maintenant ! »

 

Sources :
> franceinter.fr : Bretagne : une histoire de grains pourris
> generations-futures.fr : Pesticides : Une nouvelle victoire !
> senat.fr : Session ordinaire de 2012-2013 au nom de la mission commune d’information sur les pesticides et leur impact sur la santé et l’environnement
dangersalimentaires.com : Gravement intoxiqués par les pesticides, ils portent plainte

 



Partager...
  • 13
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •