Cet article est publié dans Brèves, marqué avec .
Nombre de lectures : 21558

Partager...
  • 122
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

La Bromadiolone, ce puissant anticoagulant, ne tue pas seulement les rongeurs

Pour lutter contre les rongeurs envahissants comme les Campagnols terrestres, les Ragondins ou encore les Rats musqués qui provoquent des dégâts conséquents dans les cultures, creusent les berges et les digues, on utilise encore trop souvent la Bromadiolone, un violent poison non sans conséquence sur l’environnement.

L'avoine décortiqué enrobé de Bromadiolone ne tue pas seulement les rongeurs

La Bromadiolone provoque des hémorragies internes lorsqu’elle est ingérée par des animaux et provoque leur mort. Si les rongeurs meurent de ce poison utilisé pour les éradiquer, d’autres espèces en sont victimes.

Milan Royal

Le Milan Royal est un rapace menacé

«Lorsqu’elle est épandue sur de vastes surfaces, son usage s’avère catastrophique puisqu’elle tue également les prédateurs naturels des campagnols (rapaces, hermines, renards), les oiseaux granivores, la faune chassable (sangliers, chevreuils, lièvres) et les animaux domestiques (chats et chiens)», rappelle Allain Bougrain Dubourg.

Dernièrement, 14 Milans royaux et 8 Buses variables ont été retrouvés morts, près de parcelles récemment traitées avec de la Bromadiolone dans le département du Puy de Dôme. Ces oiseaux font partie des espèces protégées par un arrêté ministériel du 17 avril 1981. Le Milan royal a un statut “Quasi menacé” au niveau mondial et sa répartition est essentiellement située dans l’ouest de l’Europe. La France abriterait 1/6e de la population mondiale de l’espèce.

 

L’utilisation de la Bromadiolone n’est plus autorisée depuis 2002 pour la destruction du Ragondin

Ragondin ou Myocastor

Le Ragondin ou Myocastor est un rongeur originaire d'Amérique du Sud introduit en Europe au XIXe siècle pour sa fourrure

Des carottes fraiches et des betteraves coupées en gros morceaux servaient d’appâts enduites de Bromadiolone sous forme liquide contenant un colorant rouge. Des radeaux flottants sur lesquels trônaient les appâts empoisonnés, c’est ce qui était utilisé pour combattre le Ragondin (Myocastor) vivant le long des voies d’eau.  On imagine très bien qu’il n’y a pas que les Ragondins qui les consommaient. Une partie des carottes et des betteraves tombant à l’eau polluait le milieu affectant les différentes chaînes alimentaires ?

 

La destruction du campagnol terrestre avec la Bromadiolone est beaucoup plus problématique pour l’environnement

Ce qui est beaucoup plus dangereux pour l’ensemble de la faune sauvage c’est l’utilisation d’appâts secs comme le blé ou l’avoine, enrobés de poison, répandus à la surface des champs. Dans ce cas, la mortalité des prédateurs comme le Milan royal, consommateur de campagnols morts par empoisonnement ou vivants mais, malades, est dramatique. Et c’est ce qui s’est passé dernièrement en Auvergne avec les 22 cadavres de rapaces découverts aux mois de novembre et décembre 2011.

 

Des solutions alternatives

L’éradication totale de ces espèces dites nuisibles n’est pas possible, ni souhaitable dans le cas du Campagnol terrestre, car il constitue un maillon indispensable de la chaîne alimentaire. Il faut plutôt rechercher la limitation dans des seuils tolérables. L’emploi du poison n’a d’ailleurs pas prouvé son efficacité sur le long terme, malgré les énormes ventes de Bromadiolone réalisées par les grandes firmes.

Piège cage utilisé pour piéger les Ragondins dans le Marais poitevin

Piège cage utilisé pour piéger les Ragondins dans le Marais poitevin. Photo B. Gervais

Dans certaines régions, certains départements, la lutte contre ces espèces envahissantes se fait à l’aide de pièges cage comme dans le Marais poitevin. Ces pièges ne doivent pas tuer ni blesser les animaux. Ils sont posés et relevés tous les jours par des piégeurs professionnels. Comme appâts, ils utilisent du maïs, des pommes ou des carottes non empoisonnées bien sûr. Si un autre animal, tel qu’un Vison d’Europe, une Poule d’eau se fait prendre, il doit être relâché. Les Ragondins ou les Rats musqués, sont quant à eux euthanasiés et les cadavres déposés dans les équarrissages. Parfois ils sont vendus pour leur fourrure.

RAGONDIN, RAT MUSQUÉ STOP AU POISON !
Document publié par France Nature Environnement

 

Pas assez lucratif pour certains

L’utilisation du poison continue pourtant. Le piégeage est jugé plus contraignant et moins « rentable » pour certaines entreprises vivant de l’empoisonnement comme les Groupements de défense et les industriels qui en vivent bien. La seule solution, c’est l’interdiction de la Bromadiolone par la loi. C’est d’ailleurs ce que demande la Ligue de Protection des Oiseaux et de nombreuses autres institutions et associations de protection de la nature.

Le poison, qu’on se le dise, c’est trop dangereux !

Sources :
> www.20minutes.fr
> www.futura-sciences.com
> www.maxisciences.com
> www.sudouest.fr
> www.sepanso.org


Partager...
  • 122
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •