Cet article est publié dans Brèves, marqué avec .
Nombre de lectures : 1473

Partager...
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fabricants de lessive dans de sales draps

Ariel, Axion, Bonux, Dash, Gamma, Le Chat, Monsieur Propre, Omo, Persil, Skip, Vizir et X-Tra… des lessives vendues plus chères par les quatre fabricants mondiaux de lessive. Ils se sont entendus sur les prix en France entre 1997 et 2004. L’Autorité de la concurrence vient de les condamner à une amende de 361 millions d’euros.

Les fabricants de lessive condamnés à une amende de 331 millions d'euros

Sept ans d’entente sur les prix

Les lessives qui lavent plus blanc que blanc, on connaît. Les fabricants de lessive qui s’entendent sur les prix pendant sept ans pour vendre leurs produits plus chers et bien on les découvre aujourd’hui. Unilever, Henkel, Procter & Gamble, Colgate-Palmolive ont été condamnés pour avoir participé à un cartel visant à s’entendre sur les prix et augmenter artificiellement leurs prix de vente, empêchant ainsi toute concurrence.

L’Autorité de la concurrence qualifie d’ailleurs ces pratiques comme très graves. Pendant presque sept ans, les quatre fabricants se sont rencontrés plusieurs fois par an pour fixer leurs prix et s’entendre sur les pratiques commerciales de chacun concernant les lessives sous toutes les formes, liquides, en poudre, en tablette… On n’est pas dans un roman d’espionnage mais, chacun utilisait un nom de code. « Hugues » pour Henkel, « Pierre » pour Procter & Gamble, « Christian » pour Colgate-Palmolive et « Laurence » ou « Louis » pour Unilever.

« Comme la lessive est un produit d’appel, ces accords sur les prix de gros se répercutaient directement dans les rayons, au détriment du consommateur « , souligne Bruno Lasserre, le président de l’Autorité de la concurrence. Avec un surcoût estimé de plus de 5% par rapport au prix normal.

361 millions d’euros d’amende

Mais l’entente entre le clan des quatre a fini par céder le jour où Unilever a fait l’objet de perquisitions en 2008, suite à une enquête de l’Autorité de la concurrence. Pour bénéficier du système de clémence qui permet à celui qui dénonce les ententes commerciales d’être entièrement exonéré d’amende, Unilever dévoile le pot aux roses. Cette dénonciation lui permet de voir annuler les 248,5 millions d’euros d’amende que la société encourait.

Henkel, Procter & Gamble et Colgate-Palmolive se dénoncent mutuellement chacun leur tour, furieux de la tournure que prend cette affaire. Les « amis » n’existent plus dans ce cas-là. Au final, Henkel est condamné à payer 92,3 millions d’euros, Procter & Gamble 233,6 millions d’euros et Colgate-Palmolive 35,4 millions d’euros.

Pour autant, l’histoire ne semble pas finie. D’autres enquêtes visant ces mêmes fabricants sont en cours pour d’autres produits.

Sources :
> lexpansion.lexpress.fr
> www.60millions-mag.com
> www.rmc.fr


Partager...
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •