Cet article est publié dans Brèves, marqué avec , .
Nombre de lectures : 1597

Partager...
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les perturbateurs endocriniens, le temps de la précaution

Mercredi 13 juillet 2011, l’OPECST (Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques) préconise dans un rapport de signaler par un pictogramme la présence de perturbateurs endocriniens sur le packaging des produits qui en comportent.

Perturbateur Endocrinien

 

Petit rappel :
Les perturbateurs endocriniens sont des substances naturelles ou synthétiques qui altèrent les fonctions du système endocrinien : pesticides, phtalates, bisphénol A (dans les canettes, boîtes de conserve…), PCB, résidus de médicaments…

En bref « ils sont accusés aussi bien d’être à l’origine d’une épidémie de cancer que d’être la cause d’une baisse importante de la fécondité humaine. »

L’augmentation des problèmes de fertilité et des cancers notamment celui du sein A alerté les autorités sur l’utilisation des perturbateurs endocriniens et leurs conséquences.
En introduction du rapport, le sénateur Gilbert Barbier formule leurs inquiétudes :

« La dégradation de l’environnement et l’artificialisation du mode de vie occidental conduiraient, à terme, à une multiplication de maladies d’origine environnementale voire à une menace sur la survie même de l’espèce par une atteinte de ses facultés de reproduction. Pour la santé, le progrès scientifique deviendrait en quelque sorte un facteur de recul du progrès humain. »

Les études démontrent aujourd’hui l’impact des perturbateurs endocriniens sur la santé de l’homme et l’environnement. Ils remettent aussi en cause les bases de la toxicologie classique où « seule la dose fait qu’une chose n’est pas un poison. »
A faible ou à forte dose, les perturbateurs endocriniens agissent. Ils sont plus actifs à des moments précis du cycle de la vie notamment à la formation du foetus. « Ce n’est alors plus la dose qui fait le poison mais le moment. »

Le rapport explique qu’il est temps de réagir et de mettre en place une stratégie d’actions :

  • poursuivre les recherches et les efforts dans le cadre de la réglementation européenne,
  • interdire les perturbateurs endocriniens aux populations les plus sensibles (femmes enceintes et enfants) au niveau européen,
  • mettre en place des tests internationaux pour identifier les perturbateurs endocriniens,
  • informer les populations en étiquetant un pictogramme accompagné d’une phrase d’avertissement « Contient des perturbateurs endocriniens »

picto Perturbateur Endocrinien
A l’automne 2011, le professeur Kortenkamp doit rendre un rapport sur les perturbateurs endocriniens pour mieux définir la législation européenne. En France un suivi politique sera mis en oeuvre notamment avec l’ANSES qui rendra compte des évolutions tous les mois.

Le rapport de Gilbert Barbier conclut sur la nécessité d’éliminer ces substances dans les usages et l’environnement. Pour finir il pointe un problème préoccupant :  les résidus des médicaments dans les eaux de surface et souterraines.

Source : www.senat.fr


Partager...
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •