Cet article est publié dans Brèves, marqué avec , , , .
Nombre de lectures : 2051

Partager...
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Rejet de boues rouges en Méditerranée, enquête publique reportée

Depuis 1966, l’usine d’alumine de Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône, rejette des boues rouges au large des Calanques. Les sociétés Alteo et Aluminium Péchiney ont fait une demande d’autorisation de rejet d’effluents liquides, car l’usine a obligation d’arrêter ses rejets solides à partir du 31 décembre 2015, suite à la convention de Barcelone de 1996. L’enquête publique a été suspendue par le Préfet, à la demande de la Ministre de l’Écologie Ségolène Royal qui exige des analyses complémentaires permettant de mesurer le taux de contamination des poissons et son incidence sur la santé.

Les calanques de Cassis

Calanques de Cassis – By Tobi 87, Wikimedia Commons

 

Une enquête publique pour continuer d’exploiter

Alteo, qui exploite l’usine d’alumine de Gardanne, va être contraint de modifier ses installations de traitement des rejets solides avant l’échéance du 31 décembre 2015. Les boues rouges seront déshydratées et stockées dans différents sites. Les effluents liquides qui en résultent, quant à eux devraient continuer d’être rejetés dans la Méditerranée. Ces rejets sont soumis à des valeurs limites fixées par arrêté ministériel… sauf dérogation préfectorale. Alteo doit donc demander à la Préfecture des Bouches-du-Rhône le renouvellement de son autorisation d’exploiter. La Préfecture a lancé une enquête publique.

 

Deux enquêtes complémentaires demandées par Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie

De son côté, le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a demandé à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) de faire son enquête et de rendre ses conclusions sur l’impact de ces rejets en mer sur la santé humaine.

Le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), a aussi été missionné par la Ministre de l’Environnement pour vérifier que les nouvelles solutions techniques de traitement des boues rouges par Alteo étaient les meilleures.

Le 27 mars dernier, les 27 communes traversées par la conduite de rejet des déchets, étaient informées par arrêté préfectoral du début de l’enquête publique. Quelques jours plus tard, Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Énergie, exigeait de nouveaux prélèvements sur les poissons pour connaître l’impact du rejet des boues rouges dans la fosse de la Cassidaigne, au large de Gardanne, contenant des métaux lourds tels le mercure, l’aluminium, l’arsenic, le plomb, le chrome, le cobalt.

Ségolène Royal :

« Je crois que les riverains ont raison, la vérité n’a pas été dite sur ce sujet »… « C’est pour ça que j’ai suspendu le renouvellement de déverser des déchets toxiques et chimiques dans la Méditerranée »…  « Il ne faut plus que le chantage à l’emploi conduise à être laxiste à l’égard d’entreprise qui pollue »…

 

L’Anses émet des réserves, alors que le BRGM trouve la solution pertinente

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a émis des réserves sur l’impact des rejets de boues rouges actuels et futurs sous forme d’effluents. La ministre affirme de son côté que l’usine rejette des déchets importants de mercure et d’arsenic.

« Les estimations de l’exposition alimentaire réalisée par l’ANSES pour l’arsenic, le mercure et le plomb sont plus élevées qu’Alteo dans des rapports allant de 10 à 1 000. Ces écarts trouvent leur origine dans des différences méthodologiques », note le rapport en soulignant « un manque de données fournies par l’exploitant ».

Le BRGM, dans ses conclusions, estime que le traitement des boues rouges réalisé par Alteo fait partie des meilleures technologies actuellement disponibles.

Ségolène Royal :

« Les analyses complémentaires qui seront demandées à Altéo et Aluminium Péchiney porteront notamment sur une campagne de pêche permettant de conclure sur l’impact effectif des rejets sur l’environnement… Les éléments ainsi collectés seront ensuite intégrés au dossier d’enquête publique pour assurer la complète information de la population. »

Le Préfet des Bouches-du-Rhône, suite à cette intervention de l’État, a suspendu la procédure d’enquête publique en attendant les nouvelles analyses.

Lire aussi sur Beurk : Un an après, le scandale des boues rouges plane toujours sur la Hongrie. Et en France ?

 

Sources :
> www.francetvinfo.fr/ – VIDEO. Pollution : les boues rouges de Gardanne
> www.go-met.com/ – Gardanne : l’enquête publique sur le rejet des boues rouges d’Alteo retardée
> www.laprovence.com/– Aix : les boues rouges troublent les experts
> www.actu-environnement.com/ – Rejet des boues rouges de Gardanne : l’enquête publique reportée

 



Partager...
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •