Cet article est publié dans Brèves, marqué avec , , , .
Nombre de lectures : 1291

Partager...
  • 5
  •  
  •  
  • 2
  •  

Sous le ciel de Paris règne un air de tabagisme passif

L’air de Paris est aussi dangereux que le tabagisme passif selon les résultats de l’étude de l’association Airparif.

Sous le ciel de Paris règne un air de tabagisme passif

6 millions de particules fines

ballon de parisAu cours des 18 derniers mois, le ballon de Paris, muni d’un laser (le Light optical aerosol counter (LOAC) mis au point par le CNRS), capable de mesurer les nanoparticules dans l’atmosphère de Paris, a survolé la capitale tous les jours. Le 13 décembre 2013 fut la journée la plus noire. Les Parisiens ont inhalé plus de 6 millions de particules fines.

Association Airparif :

« C’est une situation semblable à celle du tabagisme passif. Un test en laboratoire a montré que la fumée de huit cigarettes dans une pièce d’environ 20 mètres carré produit autant de particules.

Le problème c’est que plus les particules sont fines, plus elles pénètrent dans les voies respiratoires. Elles touchent le fond des poumons et les cellules pulmonaires. Elles peuvent aussi pénétrer le sang et se retrouver dans l’ensemble de l’organisme. »

 

Jean-Baptiste Renard, chercheur au CNRS :

« L’épisode de décembre est dominé par les très petites particules, principalement carbonées, qui sont liées au trafic automobile, à l’activité industrielle et au chauffage. La dangerosité de cet épisode a peut-être été sous-estimée. »

 

Les particules fines sont les plus nocives pour la santé humaine et sont la cause de 42 000 décès chaque année. Tous les jours, les Parisiens inhalent environ 200 000 particules fines par litre d’air.

 

Un plan anti-pollution pour 2015

En 2015, un plan prévoit de restreindre l’accès à la capitale pour les véhicules les plus polluants.

Christophe Najdovski, adjoint (EELV) au maire de Paris en charge des transports :

« Ce plan aura deux axes, l’un visant à réduire le volume de la circulation automobile en développant les alternatives à la voiture comme le covoiturage ou l’autopartage, l’autre à modifier le parc roulant constitué à 60 % de véhicules diesel.

Agir à l’échelle d’un hypercentre n’aura que peu d’effet. L’idéal serait qu’on puisse agir sur un territoire à l’intérieur de l’A86 (non comprise), soit Paris et une bonne partie de la petite couronne.
L’essentiel de notre action doit être tourné vers la diminution de la pollution au quotidien . Car même lorsqu’on n’est pas en “pic”, les effets de la pollution sont délétères sur la santé. »


 > Lire l’article sur Beurk.com : L’air de Paris est IRRESPIRABLE

 

Sources :
> airparif.asso.fr : Le laboratoire volant : premiers résultats
> franceinfo.fr : La pollution parisienne aussi nocive que la fumée des cigarettes
> lepoint.fr : À Paris, la pollution est aussi nocive que le tabagisme passif
> lepoint.fr : Pollution : à Paris, des premières mesures de restriction de circulation en 2015
> leparisien.fr : Une étude dévoile l’ampleur de la pollution aux particules fines à Paris

 



Partager...
  • 5
  •  
  •  
  • 2
  •