Cet article est publié dans Brèves, marqué avec , , , .
Nombre de lectures : 2576

Partager...
  • 51
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  

Thilafushi, l’île poubelle des Maldives

Les Maldives c’est plus bleu azur, turquoise, blanc, translucide… un petit Éden. Les Maldives c’est aussi Thilafushi, gris, sale, toxique… une île poubelle.

Thilafushi, l'île poubelle des Maldives

L’île de Thilafushi fait 7 kilomètres de long et 200 mètres de large. Elle se situe à quelques kilomètres de la capitale Malé. Elle s’étend et grandit de jour en jour. Elle domine l’archipel. Un chantier naval y a été construit et des déchets sauvages s’accumulent dans les eaux turquoise des lagons.

L’île de Thilafushi est devenue l’île poubelle des Maldives depuis 1992. Tous les déchets des îles voisines s’y déversent. Sachant qu’un million de touristes explorent les Maldives tous les ans, les déchets ne manquent pas : plastiques, piles, cartons, déchets métalliques issus du chantier naval, bouteilles de bière, plomb, cadmium, mercure, amiante…

Les employés de l’île poubelle qui traitent les déchets sauvages sont des immigrés venus du Bangladesh. Ils travaillent sans protection et s’exposent aux fumées toxiques.
En 2008, le gouvernement délègue la gestion des déchets à un groupe indo-allemand. Mais rien n’y fait. Aucun incinérateur en vue, les immigrés du Bangladesh continuent d’accumuler et de brûler les tonnes de déchets issus principalement de l’activité touristique.

La faune et la flore baignent dans ses eaux troubles contaminées par le mercure, le plomb, l’amiante… Ces substances toxiques se mêlent aux eaux salées des lagons, provoquent des réactions chimiques et dégradent au fur et à mesure les coraux.

 

 

Source :
> geopolis.francetvinfo.fr : Aux Maldives, une île poubelle gâche la carte postale


Partager...
  • 51
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •