Cet article est publié dans Brèves, marqué avec , , .
Nombre de lectures : 2598

Partager...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ferme aux mille vaches

La démesure s’installe dans un petit village picard à Buigny-Saint-Maclou près d’Abbeville dans la Somme. Une ferme prévoit d’accueillir un cheptel de 1 700 bêtes.

Une ferme à Mille vaches
Image © ChameleonsEye

 

Une ferme aux mille vaches

Inspirée par les fermes allemandes, la « Société civile d’exploitation agricole Côte de la justice » a investi 11 millions d’euros pour sa ferme (1 000 laitières et 750 génisses).

 

Le modèle allemand de Marc Benninghoff, éleveur allemand devenu manager :

« Si j’ai voulu avoir un très grand troupeau, je crois que c’est d’abord parce que je ne voulais pas traire toute ma vie ! Construire de grandes fermes devient de plus en plus compliqué en Allemagne et il ne fallait pas partir trop tard.

Et puis, j’aime calculer, optimiser l’existant, améliorer la rentabilité de l’exploitation, mais aussi travailler avec des gens et gérer une équipe.

En quelques années, mon métier a beaucoup changé. Je n’hésite pas à m’entourer de spécialistes, notamment pour la finance, la gestion ou dans le domaine juridique. Il y a des boulots que je suis le seul à pouvoir faire sur l’exploitation et ceux que je peux confier aux salariés, il faut progressivement apprendre à déléguer et à faire confiance à ses équipiers. »

 

Michel Welter, entrepreneur  à l’origine de la ferme aux mille vaches :

« Nous allons multiplier par deux le volume produit par unité de main d’œuvre à 600 000 litres par salarié soit à terme une production annuelle de 9 millions de litres.

Si Monsieur Le Foll trouve une solution pour payer aux éleveurs le lait à 450 € les 1 000 litres nous n’aurions pas besoin d’entreprendre un tel projet. Au prix actuel de 330 € les 1 000 litres, améliorer la productivité est la seule manière de s’en sortir avec des conditions de travail acceptables qui ne résument pas à des semaines de 65 heures. »

 

Pour multiplier ses gains, Michel Welter prévoit s’installer un puissant méthaniseur à Ducras près de la ferme aux mille vaches. Les riverains s’inquiètent des risques d’accidents et des conséquences sur l’environnement (nappes phréatiques polluées).

 

L’industrialisation des fermes familiales françaises est loin de plaire

 

NOVISSEN NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement Association NOVISSEN NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement :

« Cette étable industrielle va accélérer la disparition des exploitations actuelles. M. Ramery, en rachetant beaucoup de terres, empêche les jeunes agriculteurs de s’installer. Et on nous fait miroiter la création d’à peine une dizaine d’emplois ! Et que penser de l’impact sur le tourisme en ce lieu proche d’une des plus belles baies du monde ? Ce projet s’inscrit dans une course effrénée à la productivité intensive, à des fins purement financières, au profit du seul promoteur. »

 

André Bonnard de la Fédération nationale des producteurs de lait :

Fédération nationale des producteurs de lait

« Pour nous, le problème n’est pas le nombre de vaches, c’est celui du modèle d’agriculture. Il n’est pas celui d’un industriel qui crée une usine à faire de l’argent. La passion de 95 % des éleveurs c’est l’élevage, pas la rentabilité des capitaux. »

 

 

 

 

Stéphane Le Foll sur RMC :

« Il s’agit finalement de 500 vaches. Le problème, ce n’est pas les 500 vaches. Le problème du projet c’est qu’il n’y a pas d’agriculteur. Pour qu’on soit économiquement forts, il faut une stratégie pour garder les agriculteurs. Sur ce projet, il n’y a pas de moyen juridique pour l’empêcher. »

 

Sources :

> lefigaro.fr : Polémique autour d’un projet de ferme de 1000 vaches dans la Somme
lemonde.fr : Nouvelle manifestation contre la ferme industrielle des mille vaches
> lemonde.fr : Vaches : l’étable des multiplications
web-agri.fr : Exploitation laitière allemande – « J’ai plus de facilité à gérer 1.200 vaches que 300 ! »

 



Partager...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •