Cet article est publié dans Dossiers, marqué avec , , .
Nombre de lectures : 2081

Partager...
  • 7
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  

Pétrole, pétrole : À la recherche de l’or noir en Alaska et dans le Grand Nord Canadien

20 % des ressources mondiales de pétrole et de gaz. 15 milliards de barils de pétrole. Comment ne pas résister à l’or noir de l’Alaska ? Et pourquoi ne pas profiter des réserves exceptionnelles de sables bitumineux et de gaz de schiste du Grand Nord Canadien qui ont fait de la région un eldorado de l’industrie pétrolière.

À la recherche de l'or noir en Alaska et dans le Grand Nord Canadien

La compagnie pétrolière Shell de retour en Alaska

Shell, autorisé à installer six forages à 43 m de profondeur

En 2012, Shell doit abandonner ses rêves d’Alaska en raison de problèmes techniques majeurs : la sécurité sur les déversements d’hydrocarbures n’était pas fiable et un appareil de forage s’est échoué au-delà de la zone autorisée. S’ajoutent à ces anomalies techniques sérieuses, une série judiciaire liées aux conditions d’octroi de licences dans la région.

En 2015, Shell retourne forer en Alaska avec l’aval du gouvernement Obama. Six forages à 43 m de profondeur seront en œuvre dans la Mer de Chukchi.

exploration de la Mer de Chukchi
La compagnie pétrolière minimise les risques en installant six forages à seulement 43 m de profondeur. Elle n’a pas oublié la catastrophe en 2010 de la plate-forme Deepwater Horizon de BP. Un forage de 1 524 mètres de profondeur a provoqué une grande marée noire dans le Golfe du Mexique : 11 victimes et 84 millions de litres de pétrole brut déversés.

 

Abigail Ross Hopper, directrice générale de l’agence fédérale chargée de la gestion des océans (Boem) :

« Nous avons choisi une approche réfléchie pour envisager l’exploration de la Mer de Chukchi en prenant en compte l’environnement, les besoins de subsistance et les traditions culturelles des autochtones de l’Alaska et les ressources écologiques de la région. »
« Toutes les activités de forage au large seront soumises à des normes de sécurité rigoureuses. »

La compagnie pétrolière Shell doit, avant d’installer ses plateformes en Arctique cet été, obtenir les permis de forage auprès du gouvernement fédéral et de l’État de l’Alaska.

 

Curtis Smith, porte-parole du groupe pétrolier Shell aux États-Unis :

« Dans l’intervalle, nous continuerons à mener des tests et à nous préparer (…) pour être à la hauteur des exigences que les différents acteurs et les autorités de régulation attendent de la part d’un groupe opérant dans l’Arctique. »

 

Pourtant, dans une étude environnementale datant de 2014, l’agence fédérale chargée de la gestion des océans (Boem) admettait dans un scénario s’étalant sur 77 années, qu’une probabilité de 75 % de déversement de pétrole était bien réelle.
> Lire l’étude Chukchi Sea Planning Area Oil and Gas Lease Sale 193 In the Chukchi Sea, Alaska, page 156

 

Shell met en danger nos ressources océaniques

Les réactions ne se sont pas faites attendre.

Susan Murray, vice-présidente d’Oceana :

« Une nouvelle fois, notre gouvernement s’est précipité pour approuver un projet d’exploration mal conçu dans l’un des endroits les plus reculés et les plus importants de la terre. Shell n’a pas démontré qu’il était disposé à opérer de manière responsable dans l’Arctique. »

Tim Donaghy, un spécialiste de la recherche chez Greenpeace :

« Les scientifiques mondiaux conviennent que le pétrole de l’Arctique doit rester dans le sol si nous voulons éviter un changement climatique catastrophique. »

 

La ruée vers l’or noir du Grand Nord Canadien

Les réserves de sables bitumineux et de gaz de schiste du Grand Nord canadien ont hissé le pays au rang des premiers producteurs de pétrole. Une petite ville, Fort McMurray est devenu le nouvel eldorado des chercheurs d’or noir depuis ces dernières décennies.

Arte Future propose de vous immerger dans un jeu interactif « Au cœur de l’industrie pétrolière ».  L’auteur, David Dufresne mêle le web documentaire et le jeu vidéo pour nous sensibiliser aux enjeux de l’après-pétrole.
Le premier épisode a séduit 440 000 internautes.

« Ça vous dirait de devenir le maître de Fort McMurray et de décider comme bon vous semble de l’avenir de la ville ? C’est justement ce que vous propose « Fort McMoney » le tout nouveau jeu documentaire d’ARTE conçu par le journaliste et réalisateur français David Dufresne.

L’internaute pourra aller à la découverte de la ville, sillonner une région grande comme la Floride et faire connaissance de ses habitants – ouvriers du secteur pétrolier, hommes politiques ou militants écologistes. Une aventure au cœur de l’industrie de l’or noir.

L’objectif ? Faire triompher votre vision du monde ! L’internaute est aux commandes, il pourra tester sa conscience écologique à l’aune de la course au profit. Après une balade à travers Fort McMurray, le visiteur numérique se transforme en joueur… »

> en voir plus sur future.arte.tv: Fort McMoney

Au cœur de l’industrie pétrolière

 

Sources :
> theguardian.com : Shell to resume Arctic drilling off Alaska as green groups warn of disaster
> lefigaro.fr : Obama autorise Shell à chercher du pétrole dans l’Arctique
> liberation.fr : Pétrole: Washington autorise Shell à forer dans l’Arctique, sous conditions
> futura-sciences.com : Marée noire : au fond du golfe du Mexique, le pétrole ne coule plus
> blog.oceanconservancy.org : BOEM Report: 75% Chance of Spill in Arctic

 



Partager...
  • 7
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •