Cet article est publié dans Dossiers, marqué avec , , .
Nombre de lectures : 1632

Partager...
  • 2
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Brésil : La baie de Rio, un paradis de la pétrochimie

En 2012, Rio de Janeiro est classée au patrimoine mondial de l’humanité dans la catégorie « paysage culturel ». Sa baie, un petit paradis naturel, noirci par les ambitions de Petrobras, la compagnie pétrolière du Brésil, est devenu un magnifique site pétrochimique.

50 milliards de barils de pétrole au large des côtes brésiliennes

 

En 1961, le Brésil découvre des gisements sous-marins sous une croûte de sel au large des côtes brésiliennes, 50 milliards de barils de pétrole. Comment ne pas résister à cet appel au large, alors que le pays croule sous la pauvreté. La baie de Guanabara, proche de Rio de Janeiro, est le premier site à avoir été détruit.

Choisir entre la pollution de la pauvreté et la pollution des forages pétroliers, le Brésil a opté. La préservation de l’environnement n’est pas une priorité. Le pays doit puiser dans ses ressources naturelles pour améliorer le quotidien des Brésiliens : construction d’écoles et d’hôpitaux.

 

Comme le rappelle Estrella de Oliveira, le géologue de Petrobras à la retraite :

« Les grands pays du monde d’aujourd’hui ont construit leur économie sans se préoccuper de l’environnement. La base du développement des États-Unis était le pétrole dans le golfe du Mexique. La base de la révolution industrielle au Royaume-Uni était le charbon. Comment peuvent-ils dire maintenant que nous ne pouvons pas utiliser notre propre pré-sel ? (ndl : champs pétrolifères ou gaziers situés dans la croûte terrestre, sous des couches de sel). »

 

À la dernière conférence de Lima au Pérou sur le changement climatique, en décembre 2014, les pays en voie de développement ont rappelé aux pays riches, la reconnaissance de la Convention de l’ONU de 1992 d’« une responsabilité commune mais différenciée ».

Lors de la prochaine conférence sur le changement climatique qui se déroulera du 30 novembre au 11 décembre 2015 sur le site de Paris-Le Bourget, la question « Qui doit faire le plus d’effort pour réduire les émissions à effet de serre ? » sera au cœur des débats.

 

Un petit paradis transformé en site pétrochimique

Les premières victimes de la pollution de la baie sont l’environnement et les pêcheurs. Et au Brésil il n’est pas bon de défendre l’environnement. Plusieurs activistes qui ont osé se lever pour défendre la pêche locale ont tout simplement été éliminés

Avec ses deux raffineries, ses quatre chantiers navals, ses réservoirs de stockage… la baie de Guanabara, un lieu sacré pour les locaux, s’est transformée en Petrobras Bay, sous le regard désenchanté des pêcheurs. Aujourd’hui la baignade est fortement déconseillée.

 

Petrobras embourbée dans des scandales

Accidents réguliers, endettement, corruption… la compagnie pétrolière du Brésil, Petrobras perd de son éclat. Sa nouvelle raffinerie est en cours de construction, mais les forages sont à haut risque et très coûteux : à 300 km des côtes, des forages à 2000 m de profondeur, un réservoir avec de grandes quantités de gaz indésirables, très « toxique, inflammable, explosif et corrosif ».

Les défenseurs de l’environnement craignent une marée noire à la hauteur de celle de Macondo en 2010, la pire catastrophe des États-Unis dans le golf du Mexique.

Alexandre Anderson , pêcheur :

« La baie de Guanabara n’est pas une cause perdue. Si l’expansion de l’industrie pétrolière s’arrête , nous pourrions la récupérer. Mais si elle ne cesse de croître, nos communautés traditionnelles vont disparaître dans 20 ans.
Ce qui se passe me rend triste. Ce qui me donne de l’espoir est de parler avec d’autres pêcheurs et d’entendre leur volonté de résister. Nous avons gagné quelques batailles et à la fin, nous allons gagner cette guerre. « 

 

La baie de Guanabara noyée sous la pollution

La pollution chimique n’est pas la seule qui touche la baie de Guanabara :

 

Plus de 30 tonnes de poissons morts découvertes dans la baie de Rio siège des JO 2016 par Gentside Découverte

 

Rio: manifestation contre la pollution dans la baie de Guanabara

Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo

 

« Des animaux morts, des canapés, des téléviseurs… stagnent dans la baie de Guanabara. Les épreuves de voile des JO 2016 à Rio risquent d’être houleuses avec des athlètes vaccinés contre l’hépatite. La baie ne sera pas nettoyée à temps pour le jour J expliquent les autorités de Rio. »

> Lire la suite sur Beurk.com : Rio, JO 2016 : pas le temps de dépolluer la baie de Guanabara

 

Rio 2016: la pollution de la Baie de Guanabara inquiète

Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo

 

 

Sources :
> vertigo.revues.org : Nature et culture dans la liste du patrimoine mondial : l’expérience de Rio de Janeiro
> theguardian.com : Brazil’s troubled waters
> cop21.gouv.fr : ENJEUX DE LA COP21
> sudouest.fr : Réchauffement climatique : la pression monte à Bonn… avant la conférence de Paris
> reporterre.nets : À Lima, l’opposition entre pays riches et pays pauvres a empêché un vrai accord
> consoglobe.com : Le forage pétrolier au Brésil menace l’écosystème
> lepoint.fr : Macondo 252, puits maudit de la marée noire du golfe du Mexique, enfin scellé

 



Partager...
  • 2
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •