Cet article est publié dans Dossiers, marqué avec , , , , , , , .
Nombre de lectures : 1888

Partager...
  • 27
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq jeunes, cinq histoires pour un monde meilleur

Boyan, 19 ans imagine des plates formes en haute mer pour recycler les plastiques. Azza, 16 ans, invente un système pour recycler le plastique en combustible. Jadav, 16 ans, fait pousser une forêt sur un banc de sable. Felix 9 ans, plante 4 millions d’arbres. Severn, 12 ans, impose le silence aux Grands de ce monde lors du Sommet de la terre à Rio.

Cinq jeunes, cinq histoires pour un monde meilleur

 

Le projet Boyan Slat, The Ocean Cleanup

Boyan SlatLe projet de Boyan, un jeune hollandais de 19 ans, est de collecter les plastiques qui polluent nos océans. En 2011, dans le cadre de ses études, il planche, avec son ami Tan Nguyen, sur un procédé capable d’assainir les océans des déchets plastiques tout en préservant les organismes marins et le plancton. Après avoir reçu plusieurs prix, il poursuit ses recherches en 2012 et les explique lors d’un TEDxDelft aux Pays-Bas.

Le projet Boyan Slat, The Ocean Cleanup L’idée de Boyan est de profiter des courants pour récupérer les plastiques. Cinq gyres, des tourbillons océaniques, piègent les plastiques éternellement. En y déployant ses plates-formes nettoyantes, en forme de raies manta, il espère capter 7,25 millions de tonnes de plastique en seulement 5 années.

Le projet The Ocean Cleanup de Boyan est cours de faisabilité. Une cinquantaine d’ingénieurs y travaillent.

 

 

En savoir plus sur :
boyanslat.com
> Page facebook Boyan Slat
blog.surf-prevention.com : Boyan Slat : le jeune qui veut nettoyer les océans du plastique
> beurk.com : Boyan Slat, 19 ans, prévoit de nettoyer 99 % des déchets plastiques qui polluent nos océans

 

Azza, transforme les déchets plastiques en biocarburant

Azza-Abdel-Hamid-FaiadAzza Abdel Hamid Faiad, une jeune égyptienne de 16 ans, se préoccupe des déchets plastiques qui inondent son pays. L’Égypte, génère environ 1 million de tonnes de déchets plastiques par an.

Son idée est de transformer ces tonnes de plastique non biodégradable en biocarburant. En utilisant un catalyseur nommé aluminosilicate, Azza réussit à décomposer les polymères plastiques et à produire des gaz (méthane, propane et éthane) pouvant se transformer en éthanol.

Avec ce procédé, Azza pourrait produire 400 000 tonnes de biocarburants par année équivalent à 78 millions de dollars.

Écologique et économiquement efficace, le projet d’Azza a été recomposé lors du  23e Concours européen pour jeunes scientifiques en 2011. Elle a reçu le prix de l’Accord européen pour le développement de la fusion (EFDA).

Sources : 
eucys2011.tek.fi : 23e Concours européen pour jeunes scientifiques
smartplanet.fr : Comment transformer des bouteilles en plastique en 62 millions d’euros de biocarburant

 

Jadav Payeng fait pousser une forêt sur un banc de sable

Jadav-PayengEn 1979, en Inde, Jadav Payeng a 16 ans quand il découvre sur un banc de sable plusieurs reptiles morts. Ils s ‘y étaient réfugiés pour fuir les inondations.

Jadav Payeng :

« Les serpents étaient morts de chaleur, il n’y avait aucun arbre pour les protéger. Je me suis mis à pleurer en voyant tous ces corps sans vie. C’était une véritable boucherie. J’ai ensuite alerté le Ministère des forêts pour lui demander s’ils pouvaient planter quelques arbres. Ils m’ont répondu que plus rien n’allait pousser ici, qu’ils allaient toutefois faire un essai avec des bambous. C’était dur à réaliser, mais je l’ai fait ! Il n’y avait personne pour m’aider.

J’ai donc décidé de faire pousser de véritables arbres. Je les ai ramassés pour les planter sur le site ! J’ai aussi ramené de mon village des fournis rouges : elles ont des propriétés bénéfiques pour le sol. Mais elles m’ont piqué plusieurs fois ! »

Gunin Saikia, conservateur assistant des forêts des Forêts de l’Assam :

“Nous avons été surpris de trouver une forêt aussi dense sur le banc de sable. Les gens du coin dont la maison avait été détruite par les pachydermes voulaient abattre ce bois, mais Payeng leur a dit qu’il faudrait le tuer d’abord. Il traite les arbres et les animaux comme si c’étaient ses enfants. Quand on a vu ça, on a décidé de contribuer au projet. Payeng est incroyable. Ça fait trente ans qu’il est là-dessus. Dans n’importe quel autre pays, il serait un héros.

Aujourd’hui, Jadav Payeng a 48 ans et sa forêt s’étend sur 550 hectares sur le banc de sable au milieu du fleuve Brahmapoutre. Des animaux en voie de disparition y ont trouvé refuge dont cinq tigres.

Jadav Payeng : 

“La nature a créé une chaîne alimentaire : pourquoi est-ce qu’on ne s’y tient pas ? Qui protégera ces animaux si nous, les êtres supérieurs, nous nous mettons à les chasser ?”

Sources :
courrierinternational.com : Inde : l’homme qui a planté une forêt de ses mains
articles.timesofindia.indiatimes.com : The man who made a forest

 

Felix : Plant for the Planet

En 2007, FFelix-Finkbeinerelix Finkbeiner a 9 ans. Il doit préparer un exposé sur le réchauffement climatique. Pendant ses recherches il découvre la campagne du professeur Wangari Maatha. En 2004, elle reçoit le Prix Nobel de la Paix 2004 pour son mouvement « Ceinture Verte » au Kenya. Depuis 1977, Wangari Maatha a planté plus de 30 millions d’arbres dans 12 pays africains.
À la fin de son exposé, Felix interpelle ses camarades en leur proposant de planter un million d’arbres dans chaque pays du monde.

Plant for the PlanetLe mouvement « Plant for the Planet » est lancé.
Felix exposera son idée dans différentes classes, dans plusieurs conférences. Felix séduit et convainc son public : « Arrêtez de discuter, commencez à planter ! »

Des multinationales le soutiennent financièrement. Environ 100 00 enfants participent à son projet, celui de lutter contre les émissions à effet de serre.
En 2008,  Felix est élu au conseil d’administration junior du Programme pour l’Environnement des Nations Unies (PNUE) à la Conférence des Nations Unies dédiés aux enfants à Stavanger, en Norvège.
En mars 2011, Plant for the Planet comprend un conseil mondial composé de 14 enfants du monde entier.

Sources :

plant-for-the-planet.org :
plant-for-the-planet-billiontreecampaign.org : Plantons pour la planète : la campagne pour un milliard d’arbres
telegraph.co.uk : The 13-year-old who has the world planting trees
wedemain.fr : Felix, 9 ans, plante 4 millions d’arbres à la surface du globe

 

Severn, au sommet de la Terre de Rio

Severn Suzuki«Je veux parler les yeux dans les yeux aux présidents du monde»

Severn a 12 ans quand elle s’invite à la tribune du premier sommet de la Terre à Rio en 1992. Pour Severn,  protéger  l’environnement est une seconde nature. Être au sommet de Rio est une évidence.

Accompagnée de trois de ses amies, Vanessa, Morgane, Michelle, elle installe un stand pour essayer d’interpeller sur l’urgence d’agir. Mais Severn n’est pas convaincu de l’impact de leur démarche. Le dernier jour elle reçoit un coup de téléphone. Elle peut se présenter à la tribune devant les représentants de l’Onu et de journalistes.

« Je m’appelle Severn Suzuki… Je suis ici pour parler au nom de toutes les générations à venir, au nom des enfants affamés partout dans le mon­de dont les cris ne sont pas entendus. Je suis ici pour parler au nom des innombrables animaux qui meurent parce qu’ils n’ont pas d’autre endroit où aller… »
À  la fin de son discours, le silence s’installe. Toute la salle se lève et applaudit.
Al Gore: «Votre discours est le meilleur que j’ai entendu à Rio»

 

À voir :
Severn, la voix de nos enfants, un documentaire de Jean-Paul Jaud

 

Severn Cullis-Suzuki au Sommet de Rio en 1992

 

Sources :
wedemain.fr : Severn, 12 ans, ovationnée au sommet de Rio après s’y être incrustée
incine.fr : Severn, la voix de nos enfants


Partager...
  • 27
  •  
  •  
  •  
  •