Cet article est publié dans Dossiers, marqué avec , .
Nombre de lectures : 1599

Partager...
  • 5
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  

Fuite de gaz en mer du Nord. Selon Total, 200.000 m3 par jour ne posent pas de problème environnemental

Le 25 mars dernier, un incident grave se déclare sur un puits exploité en mer du Nord par le groupe pétrolier Total. La plateforme d’Elgin, implantée à 240 kilomètres au large de la ville écossaise d’Aberdeen menace d’exploser. Une importante fuite de gaz provoque l’évacuation immédiate de la plateforme.

Fuite de gaz en mer du Nord. Selon Total, 200.000 m3 par jour ne posent pas de problème environnemental

L’accident le plus grave en mer du Nord depuis 10 ans

Une importante fuite de gaz évaluée à 200.000 m3 par jour aurait des incidences très mineures sur l’environnement selon Total. Greenpeace, l’organisation écologique, évoque un accident grave et indique avoir vu à la surface de la mer une importante nappe irisée huileuse. L’ONG s’est rendue sur place, à la limite de la zone d’exclusion pour y faire des prélèvements d’eau.

« Nous avons du pétrole sur la surface de l’eau et nous sentons qu’il y a quelque chose dans l’air. Cela a l’odeur de produits chimiques. Ainsi, bien que l’on soit à 5 kilomètres de la plateforme, nous pouvons sentir que cela contamine, pollue l’environnement. C’est dangereux pour l’environnement et pour le climat ».

 


Fuite de gaz en mer du Nord : première… par BFMTV

 

Le groupe Total recherche des solutions pour stopper la fuite de gaz située à 4.000 mètres de profondeur. Deux actions sont envisagées : l’injection de boue et le forage de deux puits de secours. Le groupe reconnaît qu’il se trouve confronté à l’accident le plus grave depuis 10 ans en mer du Nord.

 

Manque de transparence

plateforme pétrolièreLes autorités écossaises dénoncent de concert avec Greenpeace un manque de transparence de la part de Total sur les causes de la fuite et de l’ensemble des opérations menées depuis pour la stopper. Ils jugent la politique d’information de Total insuffisante. Un employé de Total présent sur la plateforme lorsque la fuite de gaz s’est déclarée, a indiqué que les responsables de Total avaient cherché à rassurer le personnel présent sur place qui s’inquiétait déjà d’une fuite découverte le 25 février dernier. Total aurait-il sous-estimé le risque à ce moment-là ?

Le porte-parole de Total estime que le moment n’est pas à la polémique. « Nous sommes complètement mobilisés sur les actions pour arrêter la fuite ». Il assure aussi que toutes les procédures ont été respectées.

Sources :
www.20minutes.fr
www.france24.com
www.lavoixdunord.fr
lci.tf1.fr

 

Spécial Infos Total

Annulation de la condamnation de Total pour le naufrage de l’Erika en 1999 ?

Marée Noire

Le groupe pétrolier Total continue de faire parler de lui dans l’actualité. L’annulation de sa condamnation pour le naufrage de l’Erika sur les côtes bretonnes, vendéennes et charentaises en 1999 est envisagée. Des hauts magistrats de la Cour de cassation recommandent de blanchir Total et d’annuler toutes les procédures engagées depuis 1999, pour les motifs suivants : le naufrage de l’Erika battant pavillon Maltais a eu lieu en dehors des eaux territoriales françaises. Même si la pollution a touché de plein fouet les côtes françaises, ces hauts magistrats estiment que les tribunaux français sont incompétents et que c’est du ressort des tribunaux de l’Île de Malte de juger cette très grosse affaire.

Si Total est blanchi, cela signifierait que :

« Tout l’arsenal juridique dont on s’est doté au pénal pour faire face à de nouvelles marées noires du type de l’Erika, tout le système juridique international mis en place depuis douze ans à la suite de la catastrophe, s’écroulerait… »

La Cour de cassation prendra sa décision le 24 mai.

Sources :
> www.liberation.fr
> www.ouest-france.fr


Partager...
  • 5
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •