Cet article est publié dans Dossiers, marqué avec , , , , .
Nombre de lectures : 3216

Partager...
  • 37
  •  
  •  
  •  
  • 5
  •  

L’huile de palme se dissimule trop souvent derrière le terme « huile végétale » 

Palmeraie produisant de l'huile de palme

L’huile de palme, tout le monde en parle. On évoque la déforestation dans les pays du Sud, l’expropriation des petits paysans pour y installer des cultures industrielles, le faux débat de la production d’huile de palme durable et surtout des effets néfastes de cette huile sur la santé. Curieusement les industriels en parlent beaucoup moins. Éclairage sur cette huile qui cache son nom.

 

L’huile de palme, une huile qui ne veut pas porter son nom

Les agro-industriels préfèrent utiliser le terme « huile végétale » ou « graisse végétale ». C’est en tout cas la mention indiquée sur les étiquettes de la majeure partie des produits vendus en grandes surfaces et magasins. Margarines, plats cuisinés, poissons pannés, céréales, viennoiseries, pâtes à tarte, pâte à tartiner, confiseries, glaces, soupes, gâteaux apéritifs, préparations à base de viande et même le lait infantile. La liste pourrait être très longue.

Si vous ne le saviez pas on en trouve aussi dans les encres végétales utilisées pour imprimer les cartons d’emballage alimentaire, les dentifrices, les savons, les shampooings, les produits lave-vaisselle, les produits d’entretien, les crèmes cosmétiques, les mousses à raser… et aussi dans les agro-carburants.

Difficile d’y échapper. C’est même quasi impossible.

 

 

L’huile de palme et la santé

Les très nombreuses études scientifiques sont toutes d’accord sur ce point. Une alimentation trop riche en graisses saturée, c’est le cas de l’huile de palme qui en contient 45 %, favorise le développement de maladies principalement cardio-vasculaires, l’augmentation de cholestérol. Cette huile, en excès, met notre coeur et nos artères à rude épreuve.

Huile de palme

En arrière-plan, le fruit du palmier servant à produire l'huile de palme

L’huile de palme brute, quand elle n’est pas raffinée apporte des vitamines A et E et peut palier aux carences alimentaires dans certains pays d’Afrique et d’Asie. En France et dans tous les pays industrialisés, les agro-industriels privilégient cette huile bon marché, riche en acides gras saturés qu’ils ajoutent à presque tous nos aliments.

L’huile de palme, en soi, n’est pas spécialement dangereuse, mais c’est sa surconsommation qui peut l’être, surtout pour les personnes connaissant des problèmes cardio-vasculaires. En 30 ans, la consommation mondiale de l’huile de palme a été multipliée par huit et aujourd’hui elle est l’huile la plus consommée dans le monde.

L’idéal serait de mélanger plusieurs huiles, même avec l’huile de palme, pour obtenir des huiles plus équilibrées et meilleures pour la santé.

 

Le problème de la déforestation

L’huile de palme est accusée d’aggraver la déforestation dans certains pays producteurs comme l’Indonésie ou la Malaisie accélérant la disparition des orangs-outans. En Amérique du Sud, en Afrique, le phénomène prend de l’ampleur pour transformer les forêts primaires tropicales à la biodiversité exceptionnelle en immenses monocultures de palmiers à huile.

Déforestation de la forêt primaire à Borneo

Déforestation de la forêt primaire à Borneo

 » Chaque semaine, 250.000 hectares de forêts tropicales disparaissent, selon le WWF, pour alimenter une demande internationale en augmentation constante en produits contenant de l’huile de palme ou en viandes nourries au soja. Rien qu’en Indonésie, près de la moitié des forêts de Sumatra a disparu entre 1985 et 2007. »

Le Cirad, centre de recherche français travaillant avec les pays du Sud conteste ces chiffres. D’après cet établissement public à caractère industriel et commercial les chiffres ne correspondent pas à la réalité.

« Sur les 21 millions d’hectares de forêt primaire qui ont disparu en Indonésie entre 1990 et 2005, seulement 3 millions correspondent à la création de palmeraies (Persey, 2010). Quid des 18 millions restant ? »

Entre les chiffres très alarmistes du WWF et ceux très certainement sous-estimés du Cirad, la vérité doit certainement se situer à mi-chemin. Difficile d’y voir clair.

 

L’huile de palme « durable » : une alternative ?

Les entreprises productrices d’huile de palme sont très critiquées sur leur mode de production : destruction des forêts, utilisation de pesticides à haute dose, expropriations massives des petits paysans, salaires de misère pour les ouvriers agricoles…

Monoculture de palmiers à huileCertains industriels ont décidé d’organiser des tables rondes avec des ONG comme le WWF afin d’élaborer des directives visant à mettre en place des pratiques plus respectueuses de l’environnement et donnant des garanties sur le plan social. À ce jour, la production durable d’huile de palme représente 5 % de la production. La première plantation a été labellisée en 2008.

De leur côté, certaines associations comme Les amis de la Terre dénoncent une entente entre producteurs et industriels. Les critères d’obtention d’une huile de palme « durable » ne seraient pas assez contraignants.

« Il est, par exemple, possible d’utiliser dans les plantations de palmier à huile un pesticide neurotoxique, le paraquat, interdit en Europe. Logique, l’entreprise qui le commercialise, Syngenta, est membre de la Table Ronde sur le Palmier à Huile Durable. Surtout, cette certification ne garantit pas l’absence de déforestation. »

La France s’apprête à implanter une usine d’huile de palme à Port-la-Nouvelle dans l’Aude, près de Carcassonne. Actuellement au stade de l’étude de faisabilité, la création de cette usine suscite de très nombreuse réactions.

« Située sur la méditerranée, l’usine permettrait de « satisfaire la demande croissante de l’Europe du Sud et de l’Afrique du Nord en huiles alimentaires », justifie le groupe Sime Darby. »

En attendant, l’huile de palme continue de se cacher insidieusement dans tous les produits que nous consommons. Plus de transparence sur l’étiquetage des produits contenant de l’huile de palme nous permettrait de mieux choisir nos produits, à la condition bien sûr de lire les étiquettes.

 

Sources :
> www.consoglobe.com
> www.rue89.com
> www.zegreenweb.com
> www.cirad.fr


Partager...
  • 37
  •  
  •  
  •  
  • 5
  •