Cet article est publié dans Dossiers, marqué avec , , , , .
Nombre de lectures : 1876

L’Italie reconnaît le lien entre les tumeurs au cerveau et l’utilisation des téléphones portables

En Italie, Innocente Marcolini, réussit à convaincre la Cour de cassation de reconnaître son cancer comme maladie professionnelle due à un usage excessif du téléphone portable. Cette décision repose sur des études suédoises dites plus indépendantes que celle de l’OMS. Elles valident le lien entre les tumeurs au cerveau et l’utilisation du téléphone portable.

les tumeurs au cerveau et l'utilisation du téléphone portable

Affaire Innocente Marcolini : lien entre téléphone portable et tumeur

Innocente Marcolini, manager commercial, est victime d’une tumeur à l’oreille gauche due à un usage excessif de son téléphone portable (30 heures par semaine durant 12 années). Soigné mais avec des séquelles, il demande que son cancer soit reconnu comme maladie professionnelle.

L’INAIL, l’agence d’assurance italienne pour les maladies du travail refuse et argumente en se reportant sur les conclusions de l’étude Interphone menée par le CIRC (Agence spécialisée de l’OMS) :

« À ce jour, il n’a jamais été établi que le téléphone portable puisse être à l’origine d’un effet nocif pour la santé. »

Quant à la Cour de cassation italienne, elle préfère se référer à une série d’études suédoises dites plus indépendantes et donc plus fiables. Contrairement aux études internationales comme Interphone, elles n’ont pas été financées par des fabricants de téléphones portables.

Menées entre 2005-2009 par le Groupe Lennart Hardell de l’Université Örebro en Suède, elles affirment qu’une utilisation régulière du téléphone portable augmente le risque de tumeur du ganglion situé dans l’appareil auditif.

Verdict : Monsieur Innocente Marcolini recevra une pension d’invalidité.

 

Une valse d’études contradictoires sur le lien entre les téléphones portables et les tumeurs au cerveau

En 2010, l’étude Interphone, dont s’est servie l’INAIL dans l’affaire d’Innocente Marcolini concluait :

oms

« Un risque accru de tumeur cérébrale n’a pas été mis en évidence de manière définitive, mais en même temps, on ne peut pas conclure qu’il n’y a pas de risque. »

Pendant 10 ans et dans 13 pays, les chercheurs ont questionné 10 000 personnes utilisant au non un téléphone portable et ayant développé ou non un cancer rare du cerveau. Bien qu’ils ne démontrent aucun lien entre l’utilisation du téléphone portable et les cas de tumeurs au cerveau, ils reconnaissent que l’interprétation des résultats présente des incertitudes et prévoient donc de nouvelles études. Ils précisent également qu’utiliser son portable 30 minutes par jour et sur une période de 10 ans augment le risque de cancer de 40%.

 

 
Un an plus tard, le doute s’installe. L’OMS, après avoir dépouillé des centaines d’articles scientifiques sur le sujet, émet un avertissement :

« Le CIRC classe les champs électromagnétiques de Radiofréquences comme « peut-être cancérigènes pour L’homme ». »

Le docteur Jonathan Samet, président du groupe de travail, précise à l’époque :

« Les preuves, qui continuent d’être accumulées, sont suffisamment fortes pour déterminer une conclusion et une classification 2B*. Cette conclusion signifie qu’il pourrait y avoir un risque, et de ce fait nous devons poursuivre l’observation attentive d’un lien entre téléphones portables et risque de cancer. »

*liste des agents potentiellement cancérigènes selon une norme internationale

Après le doute et l’avertissement de l’OMS, quelques mois plus tard, une étude suédoise publiée dans le British Medical Journal (BMJ) affirme que les téléphones portables sont sans risque. Pour arriver à cette conclusion, l’étude s’est servie d’une particularité danoise.

À la naissance, les danois reçoivent un numéro utilisé dans différents registres. Les chercheurs ont donc croisés les fichiers des personnes atteintes par un cancer au cerveau et les fichiers des utilisateurs de portables.

En mai 2012, un nouveau rapport indépendant de la Health Protection Agency démontre qu’il n’y a pas de lien concluant entre l’utilisation d’un téléphone portable et le développement d’un cancer, d’un dysfonctionnement du cerveau ou d’un problème lié à la fertilité.

 

Dans le doute, les bons conseils

tumeurs au cerveau et l'utilisation du téléphone portableQuand il est utilisé pour envoyer des informations, votre téléphone portable émet des ondes électromagnétiques (des radiofréquences) similaires à celles du four à micro-ondes. Le fait de le porter à l’oreille augmente la température du lobe temporal. L’ADN de la cellule peut se briser et au moment de sa reconstruction des risques d’erreur sont possibles.

L’oreille n’est pas la seule à être surchauffée par les ondes. Selon les habitudes d’autres parties du corps peuvent d’être exposées aux ondes. Par exemple, si vous utilisez l’oreillette et laissez le téléphone portable dans votre poche, la partie du corps qui côtoie l’antenne sera exposée aux ondes avec les mêmes conséquences !

Sachez que l’exposition diminue avec la distance entre le corps et le téléphone.

Les conseils

  • écrire sur du beau papier blanc et acheter un timbre !
  • utiliser plutôt les SMS,
  • utiliser le kit mains libres,
  • éviter de porter le téléphone à l’oreille lors d’une conversation, utiliser plutôt l’oreillette,
  • éviter de donner le portable aux petits plus sensibles aux ondes électromagnétiques (oreille plus fine et crâne plus fin : les ondes sont proches des tissus du cerveau).

Quand le téléphone reçoit des données il n’y a pas de risque d’exposition aux ondes électromagnétiques. Par contre, quand vous émettez, il y a un risque. Donc un portable sur une table de nuit n’est pas à risque si vous ne communiquez pas.

Tawkon

Tawkon est une application mobile pour Androïd. Elle mesure le taux de radiofréquence électromagnétique qu’elle rencontre lors de vos déplacements. Tawkon vous prévient d’éviter de porter à l’oreille votre téléphone si ce taux est trop élevé.
 

Extrait du documentaire « Les mauvaises ondes »  de Sophie Le Gall, diffusé sur France 3 en 2011.

 

 

 

Sources :

bastamag.net : Le lien entre téléphones mobiles et tumeur au cerveau reconnu
Journal Le Monde : Téléphone portable et cancer : « Nous ne pouvons pas quantifier le risque »
sante.lefigaro.fr : Cancer : le téléphone portable sans risque
> CIRC : rapport de l’OMS 2010 ; rapport de l’OMS 2011
universcience.fr : Les résultats non concluants de l’étude Interphone
01net.com : L’OMS estime que l’usage du téléphone mobile peut être cancérigène
robindestoits.org : Rapport INTERPHONE : Robin des Toits interroge les scientifiques
huffingtonpost.fr : Cancer et téléphones mobiles, pas de certitudes!

Cet article est publié dans Dossiers, marqué avec , , , , .

Commentaires Facebook

Une réponse à L’Italie reconnaît le lien entre les tumeurs au cerveau et l’utilisation des téléphones portables

  1. Ping : Le feng shui un art de vie | Changer de vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>