Cet article est publié dans Dossiers, marqué avec , , , .
Nombre de lectures : 3739

Partager...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les champignons, les magiciens du sol

Sous nos pieds il existe un monde invisible qui passionne les chercheurs, les champignons. Ces magiciens du sol pourraient améliorer notre monde : dépolluer les sols, arrêter le désert, créer des antibiotiques…

Les champignons, les magiciens du sol

Les champignons, un règne à part

Les champignons sont un règne à part. Résistants, adaptables et organisés, ils ont survécu aux périodes glaciaires et aux différentes périodes d’extinction. Ils sont arrivés sur Terre, il y a 1,3 milliards d’années.

À la surface, apparaît la partie visible du champignon, le pied et le chapeau qui n’est autre que la fructification du mycélium. Composé d’un réseau de filaments, le mycélium est invisible et se développe dans le sous-sol. Il constitue la partie végétative du champignon et peut s’étendre jusqu’à une dizaine de kilomètres.

Paul Stamets, célèbre mycologue :

Les champignons, les magiciens du sol

« Le plus grand organisme au monde est dans l’Est de l’Oregon. Je ne pouvais pas le manquer. Il fait 2200 acres (9 km carrés) de superficie, 2000 ans d’âge. Le plus grand organisme de la planète est un tapis de mycélium, une paroi avec une seule cellule d’épaisseur. »

 

Les champignons sont très voraces. Ils ne cessent de se développer. Lorsque vous vous baladez, les champignons vous suivent à la trace. Ils se ruent sur vos pas pour venir récupérer les débris. Au cœur des forêts ils ont un rôle essentiel. Ils se nourrissent des déchets organiques laissés par les arbres et les plantes : feuilles mortes, débris de bois, souche… qu’ils transforment en humus grâce à leurs enzymes. Sans eux, les forêts étoufferaient dans leurs débris.

Les champignons sont donc capables de recycler les détritus organiques en humus, la couche supérieure du sol. Cette capacité à décomposer les détritus intéresse les chercheurs qui voudraient utiliser les champignons pour dépolluer les sols contaminés par des déchets toxiques de l’industrie : pesticides, hydrocarbures, solvants, explosifs…

 

 

Champignons et insecticides

Dans sa conférence Ted, Les six manières de changer le monde avec les champignons, Paul Stamets décrit comment il a réussi à éradiquer une invasion de fourmis grâce au mycélium des champignons :

« Je me suis intéressé à des champignons entomopathogènes — les champignons qui tuent les insectes. Des fourmis charpentières détruisaient notre maison. Je suis donc allé sur la page d’accueil de l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA), et ils recommandaient des études avec des espèces de Metarhizium d’un groupe de champignons qui tuent les fourmis, ainsi que les termites. J’ai fait quelque chose que personne d’autre n’avait fait. J’ai chassé le mycélium quand il a cessé de produire des spores.  J’ai été en mesure de transformer la culture en une forme non sporulante. L’industrie a dépensé plus de 100 millions de dollars uniquement dans des appâts pour empêcher les termites de dévorer votre maison. Mais les insectes ne sont pas stupides et ils évitaient les spores quand ils se rapprochaient, et donc j’ai transformé les cultures en une forme non-sporulante. Et j’ai pris l’assiette Barbie de ma fille et je l’ai mis là où un groupe de fourmis charpentières faisaient des champs de débris, tous les jours, dans ma maison. Les fourmis ont été attirées par le mycélium, parce qu’il n’y a pas de spores. Elles l’ont donné à la reine. Une semaine plus tard, je n’avais plus aucun tas de sciure.

Les champignons, les magiciens du solEt ensuite — danse délicate entre le dîner et la mort — le mycélium est consommé par les fourmis, elles sont momifiées et, bang, un champignon sort de leur tête. »

 

 

Champignons et hydrocarbures

L’industrie a su polluer nos sols avec ses produits toxiques. Dans une autre expérience, Paul Stamets démontre que les champignons sont capables de dépolluer naturellement les sols contaminés par des hydrocarbures :

« Les laboratoires Battelle et moi-même avons travaillé ensemble à Bellingham, dans l’état de Washington. Il y avait quatre tas saturés de diesel et d’autres déchets pétroliers. Le premier est un tas contrôle, un autre tas a été traité avec des enzymes, un autre tas a été traité avec des bactéries et nous avons inoculé notre tas avec du mycélium de champignon. Le mycélium absorbe l’huile. Le mycélium produit des enzymes — des peroxydases – qui brisent les liaisons carbone-hydrogène. Ce sont les mêmes liaisons qui font la cohésion des hydrocarbures. Donc, le mycélium est saturé de ce pétrole, et puis, lorsque nous sommes revenus six semaines plus tard, toutes les bâches ont été enlevées, tous les autres tas étaient morts, noirs et puants.

Les champignons, les magiciens du solNous sommes revenus à notre tas, il était couvert de centaines de kilos de pleurotes — et sa couleur avait viré au clair. Les enzymes ont re-combiné les hydrocarbures en hydrates de carbone – des sucres fongiques. »

 

Une fois que le mycélium a terminé sa phase de décomposition, il meurt et d’autres organismes poursuivent le travail (vers de terre, insectes, oiseaux, bactéries…). La Nature reprend ses droits et la terre redevient saine. Beaucoup de terrains laissés à l’abandon par l’industrie pourraient être dépollués et réutilisés pour la construction ou la culture.

Des expériences de myco-remédiation (dépollution des sols) sont menées pour savoir si elles peuvent être appliquées à grande échelle.

 


Paul Stamets – Changer le monde avec les… par xiberia

 

Champignons et produits chimiques

Sachant que les champignons résistent à des conditions extrêmes (terre volcanique ou gelée, désert…), les scientifiques cherchent à remplacer les produits toxiques utilisés par l’industrie par les enzymes des champignons.

C’est le travail de Sarah Landvik et de Mikako Sas, deux mycologues suédoises des laboratoires de Novozymes, à Copenhague :

 

 

Les champignons ont longtemps été considérés comme des parasites. Aujourd’hui, ils passionnent et redonnent de l’espoir. Ils n’ont pas fini de nous surprendre sachant que nous connaissons moins de 15 % des espèces qui vivent sur Terre.

 


Les champignons au secours de la planète ? par FranceInfo

 

 

Sources :
> ted.com : Paul Stamets Presente 6 Manières de changer le monde avec les champignons
> future.arte.tv : Le champignon, un artisan de la chimie verte
> onf.fr : Les champignons : vivre avec les arbres
> franceinfo.fr : Les champignons au secours de la planète

 



Partager...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •