Cet article est publié dans Dossiers, marqué avec , .
Nombre de lectures : 1510

Partager...
  • 7
  •  
  •  
  •  
  • 27
  •  

Rapport du GIEC : « L’influence humaine sur le système climatique est sans équivoque »

Le 5e rapport du GIEC confirme le rôle déterminant des activités humaines sur le réchauffement climatique. Les climato-sceptiques persistent à nier l’influence de l’homme sur le climat. Pourtant, 97,1 % des scientifiques concluent comme le GIEC : l’homme est responsable du réchauffement climatique.

Rapport du GIEC : « L'influence humaine sur le système climatique est sans équivoque »

 

Le GIEC et l’évolution du climat

À la demande du G7, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) est créé en 1988  par deux institutions des Nations unies : l’OMM (Organisation météorologique mondiale) et le PNUE (Programme des Nations unies pour l’environnement).

Le GIEC n’est pas un laboratoire de recherche, mais un groupe d’experts internationaux. Des météorologues, océanographes, glaciologues, mathématiciens, hydrologues, géographes, sociologues, économistes, etc. analysent toute la littérature scientifique existante pour en extraire les connaissances les plus avancées concernant le changement climatique.

À la fin du dépouillement des données, le GIEC publie un rapport d’évaluation. Un résumé est remis aux décideurs, les gouvernements.

Le 5e rapport du GIEC confirme le rôle déterminant des activités humaines sur le réchauffement climatique.

Rapport du GIEC : « L’influence humaine sur le système climatique est sans équivoque »Le 27 septembre 2013, le résumé du 5e rapport du GIEC est rendu publique. 259 auteurs et 50 superviseurs ont analysé les travaux de plus de 600 scientifiques. Le rapport de 2013 confirme et renforce celui de 2007  : « Depuis les années 50, l’activité humaine est la cause première du réchauffement climatique ».

Extraits du Résumé à l’attention des décideurs :

« Le réchauffement du système climatique est sans équivoque, et depuis les années 1950, beaucoup de changements observés sont sans précédent sur les dernières décennies à millénaires. L’atmosphère et l’océan se sont réchauffés, l’étendue et le volume des neiges et glaces ont diminué et le niveau des mers s’est élevé, et les concentrations de gaz à effet de serre ont augmenté.
L’influence humaine sur le système climatique est sans équivoque. Elle a été détectée dans le réchauffement de l’atmosphère et de l’océan, les changements du cycle de l’eau planétaire, la fonte des neiges et glaces, l’élévation du niveau marin, et la modification de certains extrêmes climatiques. Il est extrêmement probable que l’influence humaine a été la cause principale du réchauffement observé depuis le milieu du XXe siècle.»

Changements climatiques 2013 : Les éléments scientifiques Résumé à l'attention des décideurs

Valérie Masson-Delmotte, climatologue qui a participé au rapport du GIEC :

« Le rapport de 2007 affirmait déjà le rôle déterminant des activités humaines sur le climat et l’élévation des températures. Aujourd’hui, ce constat est beaucoup plus fin, clair et précis. À l’échelle de plusieurs décennies, que ce soit sur l’élévation du niveau des mers, la fonte de la banquise et des glaciers, le réchauffement des océans en profondeur ou certains événements extrêmes, l’homme est la cause principale de tous ces changements sans équivoque.

Sur l’évolution des trajectoires des températures, plusieurs scénarios sont toujours possibles d’ici à 2100, en fonction de la composition atmosphérique. Deux chiffres importants sont à retenir : de + 2 °C en cas de fortes diminutions de nos gaz à effets de serre à + 4 °C en cas de poursuite des rejets actuels.

Quant à l’élévation du niveau des mers, elle est actuellement de 3 mm par an, après s’être accrue de 20 cm au XXe siècle. Dans les scénarios les plus hauts, l’élévation totale pourrait atteindre à la fin du siècle un mètre par rapport à l’ère préindustrielle.

Les perturbations liées aux gaz à effet de serre ont une durée de vie longue, de l’ordre du millénaire, tout comme est longue la réponse du climat. C’est donc un problème que l’on va se transmettre en héritage, d’une génération à l’autre. La question du climat est universelle, car elle concerne tous les habitants de la planète.»

 

Les climato-sceptiques sèment le doute. Le soleil est responsable.

Rapport du GIEC : « L'influence humaine sur le système climatique est sans équivoque »Les climato-sceptiques persistent. Le réchauffement climatique n’est pas d’origine anthropique. Le soleil est responsable.

Pour contrer les conclusions du GIEC, les climato-sceptiques déploient les mêmes stratégies que l’industrie du tabac, discréditer les travaux des scientifiques et semer le doute dans l’opinion publique. Ils arguent des points de vue et non des recherches scientifiques. Ils s’appuient sur des arguments réfutés depuis une dizaine d’années par la communauté scientifique.

Fin 2012, une fuite du 5e rapport du GIEC se propage sur Internet. Elle affirme que le rapport minimise le rôle de l’homme dans l’évolution du climat et pointe le rayonnement solaire. Les médias s’empressent de reléguer l’information : le site d’Atlantico, Telegraph. Pour obtenir ce document, l’auteur de la fuite s’est inscrit auprès du Giec pour devenir un expert candidat à la relecture. Il s’agit d’un brouillon du rapport avec des réflexions, mais en aucun cas de conclusions finales.

En 2009, dans l’affaire du Climategate,  les climato-sceptiques diffusent plusieurs courriels de scientifiques du GIEC qui laissaient apparaître le doute dans la communauté scientifique sur l’origine du réchauffement climatique. Elle manipulerait des chiffres pour faire croire que l’homme est responsable.

 

Malgré tout,  les climato-sceptiques restent en minorité chez les chercheurs. Selon une étude, parue dans la revue Environmental ResearchLetters, 97,1 % des scientifiques concluent comme le GIEC : l’homme est responsable du réchauffement climatique.

 

Sources :

5e rapport du GIEC : Changement climatique 2013 : les éléments scientifiques
developpement-durable.gouv.fr : Publication du Volume 1 du 5e Rapport d’évaluation du GIEC
developpement-durable.gouv.fr : Changements climatiques 2013 : Les éléments scientifiques, Résumé à l’attention des décideurs
developpement-durable.gouv.fr : Présentation du GIEC
actu-environnement.com : Le Giec confirme l’origine humaine du réchauffement climatique
terraeco.net : Le Giec est-il mieux armé contre les sceptiques ?
lemonde.fr : Les scientifiques climatosceptiques sont en minorité
franceinfo.fr : Comment les climato-sceptiques essayent de torpiller le Giec
> terraeco.net : Rapport du Giec : la fuite inventée par les climato-sceptiques
bastamag.net : Comment reconnaître un climatosceptique, en sept contrevérités


Partager...
  • 7
  •  
  •  
  •  
  • 27
  •