Cet article est publié dans Dossiers, marqué avec , , , .
Nombre de lectures : 1337

Partager...
  • 31
  •  
  •  
  • 3
  •  

Sini Yelenn ou « la lumière de demain » au village de Dioulasso Bâ

Au cœur de la capitale économique et culturelle du Burkina Faso, Bobo-Dioulasso, il existe le Vieux Quartier, Dioulasso Bâ. L’association « Sini Yelenn » mobilise ses habitants pour un grand nettoyage des marigots et redonner une nouvelle âme à leur village traditionnel, haut lieu touristique.

Sini Yelenn ou « la lumière de demain » au village de  Diaoulasso Ba

Le Vieux Quartier, Dioulasso Bâ

Sini Yelenn ou « la lumière de demain » au village de  Diaoulasso BaLe Vieux Quartier, Diaoulasso Bâ, est le village qui a donné naissance à Bobo-Dioulasso, capitale économique et culturelle du Burkina Faso. Au XIe siècle, les Bobos, venus du Mali, construisent Dioulasso Bâ entre deux marigots (petits bras de rivière), le Sanyon et le Houet. Au fil du temps Bobo-Dioulasso se développe autour du Vieux Quartier, un village au cœur de la ville.

Sini Yelenn ou « la lumière de demain » au village de  Diaoulasso Ba

Seulement à Dioulasso Bâ, il n’existe pas de service de pré-collecte des ordures ménagères.

Quand les habitants disent qu’ils viennent du Vieux Quartier, la réponse qu’ils reçoivent est  : « C’est dégoûtant. »
Dans le Vieux Quartier, les poubelles sont inexistantes. Les habitants ne savent pas où jeter les déchets. Les marigots deviennent des déchetteries à ciel ouvert. Cette pollution menace les poissons sacrés, les silures, emblèmes de la ville de Bobo-Dioulasso.

 

L’association « Sini Yelenn » : « Propreté = Santé »

Les habitants inquiets pour leur environnement et leur santé se mobilisent en 2005 et fondent l’association « Sini Yelenn », ou  « la Lumière de demain » en dioula, pour :

  • Organiser des opérations régulières de nettoyage des marigots avec la population,
  • Mettre en place un service de pré-collecte au sein du quartier,
  • Sensibiliser les habitants du Vieux Quartier à l’amélioration de leur cadre de vie par l’écocitoyenneté,
  • Donner une meilleure image du Vieux Quartier aux visiteurs de plus en plus nombreux.

Mais les moyens financiers s’épuisent au bout d’une année. « Sini Yelenn » ne peut poursuivre son projet d’assainissement et préserver son environnement ainsi que la santé des habitants.

 

La renaissance de Sini Yelenn

Sini Yelenn ou « la lumière de demain » au village de  Diaoulasso BaAlors, en 2012, l’association Ricochets17 devient le porte-parole en France de l’association.
« Sini Yelenn » renaît grâce aux financements apportés par trois partenaires : la fondation Léa Nature à La Rochelle , la ville de La Rochelle et l’association Ricochets17.

« Sini Yelenn » mobilise une nouvelle fois les habitants du Vieux Quartier pour préserver son environnement et mettre en lumière Dioulasso Bâ, haut lieu touristique du Burkina Faso.

Dioulasso Bâ, un village traditionnel, est habité majoritairement par l’ethnie Bobo. Tout projet doit être présenté au Chef de canton Bobo. En décembre 2012, les membres de « Sini Yelenn » sont venus à sa rencontre pour lui exposer leur projet : nettoyer les marigots et sensibiliser les villageois à l’écocitoyenneté en organisant une pré-collecte de déchets.

Le projet plaît. Les soutiens et les sourires des habitants sont nombreux. Le travail est énorme mais la prise de conscience et la volonté sont bien présentes.

Début 2013, l’association « Sini Yelenn » établit son local, haut en couleur, dans l’artère principale du Vieux Quartier. Il lui permet de stocker le matériel, mais surtout de créer un lieu d’échanges, de réunions et de rencontres avec les habitants et les visiteurs du Vieux Quartier.

 

Le grand nettoyage du marigot

Le 26 janvier 2013, le premier grand nettoyage de marigot commence. Fourches, pelles, râteaux, brouettes… en main, les villageois, hommes, femmes et enfants se mobilisent en masse. Grâce à ses partenaires, l’association se munit d’un tracteur et d’une charrette pour évacuer les déchets vers les déchetteries de la ville.

 

 

Sini Yelenn ou « la lumière de demain » au village de  Diaoulasso BaLe projet avance à vite car dés mars 2013, une centaine de poubelles de « Sini Yelenn » sont attribuées aux habitants.
Pour que l’association devienne autonome financièrement, 350 poubelles devront être distribuées.

En avril, la pré-collecte commence et les griots de Dioulasso Bâ tournent dans le quartier pour annoncer un nouveau grand nettoyage du marigot.

 

« Ayons l’esprit d’équipe, je serai coopératif et solidaire du travail collectif »

Dans les écoles, les enfants sont sensibilisés. La morale est inscrite à la craie au tableau : « Ayons l’esprit d’équipe, je serai coopératif et solidaire du travail collectif »

Pour sensibiliser les habitants au respect de l’environnement, l’association « Sini Yelenn » prévoit de jouer des petites pièces de théâtres dans les rues du Vieux Quartier.

 

Seydou Sanou, de l’association « Sini Yelenn » :

« Avant la demande était forte, mais on n’avait pas les moyens de continuer. Aujourd’hui, les gens sont conscients du problème, ils veulent faire quelque chose. Nous allons donc tout faire pour que cette action soit durable.

Ce que nous souhaitons vraiment, c’est rendre le Houet et le Sanyon propres pour longtemps.

Quand nous ne serons plus là, il faut que nos petits frères puissent poursuivre ce travail. »

Propos recueillis dans l’article « Assainissement du marigot Houet, l’association Sini Yelenn en première ligne » d’Henri Leroux publié dans L’Express du Faso n°3469 (02/2013)

Vous pouvez suivre l’action de l’association Sini Yelenn » via sa page FaceBook

 

Sources :
> Page FaceBook de l’association  Sini Yelenn
> L’Express du Faso, Le Burkina Faso au quotidien : Assainissement du marigot Houet, l’association Sini Yelenn en première ligne (presse papier 22-27/02/2013)


Partager...
  • 31
  •  
  •  
  • 3
  •