Cet article est publié dans Zoom produits, marqué avec , , .
Nombre de lectures : 18099

Partager...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ananas sweet du Costa-Rica, vous reprendrez bien un peu d’éthéphon !

L’ananas est un fruit qui se mange sans faim. Certains disent même qu’il fait maigrir. Sa consommation ne cesse d’augmenter. Les importations d’ananas ont triplé en 10 ans en Europe. Mais savez-vous que cet ananas hybride, le Sweet, créé par la multinationale américaine Del Monte Foods contient aussi de l’éthéphon, un dérivé synthétique de l’acétylène.

Ananas sweet du Costa-Rica, vous reprendrez bien un peu d'éthéphon !

Le Sweet, un ananas très productif

Chaque français mange en moyenne 1,3 kilos d’ananas par an. Cela représente une sacrée quantité de fruits importés pour la grande distribution et produits par Del Monte Foods, le plus gros producteur de fruits américain. Pour produire plus et plus vite, une nouvelle variété hybride d’ananas a été mise au point. Son nom : le Sweet. Cet ananas a un goût beaucoup plus sucré et possède certaines propriétés qui lui permettent de mieux voyager. Il est plus résistant au transport, aux chocs et au passage en chambre froide. Que d’avantages pour l’exportation.

Son cousin d’Afrique de l’Ouest, le Cayenne, est désormais moins intéressant et beaucoup moins rentable. Le Sweet produit au Costa Rica, où Del Monte a installé ses plantations l’est beaucoup plus : 70 tonnes d’ananas pour celui produit au Costa-Rica contre 35 pour celui produit en Afrique. Les prix de l’ananas Sweet sont alors imbattables.

 

L’éthéphon, utilisé pour faire paraître l’ananas plus mûr

Mais, ce qui est bon dans le Sweet, c’est l’éthéphon ou acide chloro-2-éthylphosphonique, un dérivé synthétique de l’acétylène, utilisé pour accélérer la coloration du fruit. Une bonne pulvérisation de ce produit « miracle » quelques jours avant la cueillette va permettre à l’ananas de paraître plus mûr. L’éthéphon va migrer dans les chairs de l’ananas et accélérer sa belle coloration jaune. Cueilli plus tôt, l’ananas pourra ainsi rester plus longtemps dans les rayons des supermarchés. Mûr à souhait pendant des jours, c’est un avantage certain pour le vendre.

 

Des résidus d’éthéphon dans la chair des ananas

Des résidus d’éthéphon dans la chair des ananasRévélée par Que Choisir d’avril 2012 et Le Canard Enchaîné N° 4776 du 9 mai 2012, la contamination de la chair des ananas par l’éthéphon ne semble pas poser de problème pour l’Autorité européenne de sécurité des aliments. Lorsque la limite maximale de résidus (LMR) autorisée est dépassée, la commercialisation des fruits n’est plus autorisée. Le magazine Que choisir dans son numéro d’avril 2012 y fait quelques révélations :

… il y avait des résidus d’éthéphon dans… 86 % des échantillons testés. Pire : « sur 21 ananas achetés en supermarché, en épicerie ou au marché, deux échantillons sont carrément dans le rouge, avec des dépôts d’éthéphon qui explosent de deux à cinq fois la limite maximale, la fameuse LMR ».

 

L’Union européenne a relevé le seuil de sécurité de l’éthéphon

La règle concernant la limite maximale de résidus de l’éthéphon a été assouplie et le seuil de sécurité relevé en 2009 par l’Union européenne. Les industriels de l’ananas auraient-ils fait du lobbying auprès de l’UE ? L’Autorité européenne de sécurité des aliments assure le contraire. Pourtant si la règle était restée la même, 30 % des ananas analysés ne pourraient être vendus.

Il est quand même curieux d’augmenter cette limite maximale de résidus de l’éthéphon alors que la tendance générale va plutôt à la baisse. A moins que l’éthéphon devient d’un coup de baguette magique moins dangereux pour la santé. Je vous resserre une petite salade d’ananas…

Sources :
> www.politique.net
> www.altermonde-sans-frontiere.com


Partager...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •