Cet article est publié dans Zoom produits, marqué avec , , .
Nombre de lectures : 108018

Partager...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Beautific Oenobiol, la « boisson beauté » créée par Sanofi et Coca-Cola

« Renforcer les cheveux, embellir la peau , perdre du poids… » Le géant américain Coca-Cola et le groupe pharmaceutique français Sanofi travaillent sur la création d’une « boisson beauté » commercialisée pour l’instant en France sous la marque « Beautific Oenobiol« . Les premiers flacons sont déjà mis en vente à Paris, Lyon, Marseille et Nice pour servir de test auprès de consommatrices cibles (femmes actives de 25 à 45 ans), avant le lancement officiel en pharmacies et parapharmacies prévu pour 2013.

Beautific Oenobiol, la boisson beauté créée par Sanofi et Coca-Cola

 

Quatre parfums pour une « boisson beauté »

Beautific Oenobiol est une boisson créée par Sanofi et Coca-Cola« Beautific Oenobiol » est une boisson créée par Sanofi et Coca-Cola, composée « d’eau minérale, de jus de fruit et d’additifs nutritifs ». Cette « boisson beauté » déclinée en quatre parfums « Solaire intensif », « Cheveux & ongles », « Copslim minceur » et « Vitalité » est censée, selon le groupe pharmaceutique, « renforcer la chevelure et les ongles, embellir la peau, faire perdre du poids et améliorer la vitalité ».

Ce projet a été dévoilé le 20 juin dernier en interne, au cours d’un comité d’entreprise du groupe Sanofi, sous le nom de projet « Paris ». Rue 89 s’est d’ailleurs procuré le document de présentation.
Il s’agit d’un accord de partenariat conclu à 50-50 entre les géants Coca-Cola et Sanofi. Le premier a la charge de la « formulation des boissons » et le second leur distribution en pharmacies et parapharmacies. Une note interne de Sanofi le résume ainsi : « La première marque française de boissons beauté vendues en pharmacies… Le goût avec l’expertise en boissons de Coca Cola… Le bénéficie beauté avec la garantie de santé de Sanofi. »

Présentation du projet « Beautific Oenobiol » Sanofi/Coca-Cola – 20 juin 2012

 

Les « boissons beauté », des vertus marketing ?

Pour tous les compléments alimentaires, le bénéfice santé reste à prouver. L’Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail – rappelle qu’une alimentation équilibrée apporte l’ensemble des nutriments nécessaires à une bonne santé. La consommation prolongée de compléments alimentaires pourrait être source d’effets indésirables.

Les « boissons beauté », rentrent-elles dans la catégorie des compléments alimentaires ? Dans le projet confidentiel concernant Beautific Oenobiol, la firme Sanofi marque noir sur blanc :

Sanofi et Coca-Cola

« La triple promesse Beautific… une combinaison unique entre le rafraichissement, le goût et le pouvoir d’actifs de beauté (des ingrédients actifs pour maximiser un objectif ciblé de beauté). »

L’objectif de Sanofi et de Coca-Cola est bien de proposer un nouveau produit, vendu en pharmacies et en parapharmacies  apportant des bienfaits de santé. Et sous couvert de la garantie de santé représentée par le sérieux de la première entreprise pharmaceutique française. Les vraies vertus de ces « boissons beauté » ne sont-elles pas seulement marketing ?

 

Les produits cosmétiques, c’est plus rentable que les médicaments

Sanofi diversifie ses produits et se tourne vers la production de cosmétiques pour augmenter les revenus de l’entreprise. Il faut dire que bons nombres de brevets protégeant les médicaments fabriqués par Sanofi sont arrivés à échéance. Après vingt ans, ces médicaments tombent dans le domaine public et leur copie est autorisée pour mettre au point des génériques. Le magazine Challenges indique que Sanofi a vu un tiers de son chiffre d’affaires et la moitié de ses profits partir en fumée entre 2008 et 2011, avec la fin de la protection des brevets.

Depuis 2008, Sanofi ne cesse de diminuer le volet recherche dédié aux médicaments « utiles ». Laurent Ziegelmeyer, salarié du site de Vitry (Val-de-Marne) et représentant CGT explique :

« C’est un complément de revenus pour l’entreprise. Mais ça ne correspond pas du tout à l’état d’esprit général des chercheurs de l’entreprise. L’industrie pharmaceutique, c’est pas ça ! Là, ça fait épicerie. »

« Il y a des vraies urgences de santé, que ce soit en France ou ailleurs. Nous, on a envie de faire notre métier, de travailler sur des médicaments utiles plutôt que de faire des pilules autobronzantes. Il ne faut pas que cette diversification se fasse au détriment de la recherche sur des thérapies plus importantes, or c’est notre sentiment. »

Challenges indique encore dans son article du 4 octobre 2012 « La vérité sur l’état de la recherche à Sanofi » qu’un vaste plan d’économies de 2 milliards d’euros a été lancé dès 2009 : 3 000 postes de recherche supprimés, 40 % de projets de recherche sur les médicaments abandonnés, la moitié des centres de recherche fermés…

Pour continuer son virage vers la production de cosmétiques, Sanofi, prévoit de supprimer 900 postes d’ici à 2015.

 

Sources :
> www.rue89.com
> www.lexpress.fr
> quoi.info
> www.lemonde.fr
> www.challenges.fr


Partager...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •