Cet article est publié dans Zoom produits, marqué avec , , , , .
Nombre de lectures : 905

Partager...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nanos se cachent pour… courir ?!!

Une récente enquête de l’association Agir pour l’Environnement pointe le manque de transparence concernant l’utilisation déjà très controversée des nanoparticules dans l’alimentation industrielle. Vous reprendrez bien un peu de dioxyde de titane ?

Les nanoparticules se cachent pour… courir ?!!

@Pixabay

La blanquette de veau William Saurin, les chewing-gums Malabar goût tutti frutti, les biscuits au chocolat Napolitain de Lu et les épices pour guacamole Carrefour, quatre produits industriels ont été analysés par un laboratoire à la demande de l’association Agir pour l’Environnement.

Résultat : 100% des produits analysés contiennent des nanoparticules, et aucun ne le mentionne clairement sur son étiquette. Pourtant, la réglementation européenne impose l’étiquetage [nano].

> Lire notre article : Une mention « Nano » sur les étiquettes des produits alimentaires

 

Agir pour l’environnement, communiqué de presse du 13/06/2016 :

Alors que nos enquêtes dans les rayons des magasins ne nous ont pas permis d’identifier un seul produit étiqueté [nano], il est à craindre que d’autres produits alimentaires contiennent des nanoparticules.

 

L’association constate que la réglementation n’est pas appliquée, demande davantage de contrôle ainsi que l’instauration d’un moratoire sur l’utilisation des ces particules au nom du principe de précaution.

 

Pour en savoir plus sur les nanoparticules, n’hésitez pas relire nos précédents dossiers :

> Vers une nouvelle réglementation européenne pour introduire les nanoparticules dans l’alimentation ?

> Bonbons, guimauves et glaces au dioxyde de titane

 

Source :

> Agir pour l’environnement, communiqué de presse du 13 juin 2016 


Partager...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •