Cet article est publié dans Zoom produits, marqué avec , , , .
Nombre de lectures : 2964

Partager...
  • 32
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  

ZARA a un sale petit secret

Après avoir convaincu en 2011 plusieurs grandes marques internationales du textile à nettoyer leur linge sale imbibé de substances toxiques, Greenpeace relance une nouvelle campagne Detox en zoomant sur Zara, leader du secteur.

zara campagne Detox Greenpeace

Linge sale

En juillet 2011, Greenpeace lance sa première campagne Detox, suite aux rapports Dirty Laundry (Linge sale) et Dirty Laundry 2 qui révèlent les pratiques toxiques utilisées par les fournisseurs des grandes marques du textile. L’ONG s’attaque directement à Adidas, Puma et Nike, très influents dans le secteur. Rapidement, Puma et Nike s’engagent dans une campagne « linge propre ». Plusieurs marques suivront le mouvement : Adidas, H&M, Lin Ning et C&A, etc.

En 2011 Sylvain Tardy, directeur des Campagnes de Greenpeace France, expliquait :

« Ces entreprises transnationales, ces marques extrêmement exposées, ont maintenant largement plus de pouvoir et d’influence que de nombreux gouvernements. Elles sont à même de faire changer des réglementations, parfois de bloquer tout changement, ou en tout cas d’imposer des normes plus drastiques à leurs fournisseurs »

 

« Toutes ces multinationales sont des championnes du greenwashing et veulent toujours s’afficher plus vertes qu’elles ne le sont. Nos campagnes les mettent face à leurs contradictions et dénoncent leur comportement désinvolte… cette manière de faire de Greenpeace a montré son efficacité. »

Lire l’article : Campagne DETOX de Greenpeace : Puma et Nike s’inclinent

 

Les dessous toxiques de la mode

Les dessous toxiques de la modeLe 20 novembre 2012, suite à une vaste enquête menée dans 29 pays et sur 141 produits textiles fabriqués en Chine, au Vietnam, en Malaisie et aux Philippines, un nouveau rapport Les dessous toxiques de la mode, révèle une nouvelle fois la présence de produits toxiques dangereux. Les 20 marques étudiées travaillent toutes avec des fournisseurs qui utilisent des produits chimiques (éthoxylates de nonylphénolou NPE, phtalates,  colorants azoïques).

Au contact de l’eau, les NPE se transforment en NP, un perturbateur endocrinien toxique pour la reproduction et la croissance des êtres vivants et classé comme substance dangereuse par l’Union européenne.

Après le lavage, ces produits toxiques se déversent dans l’environnement et polluent les rivières des pays fournisseurs.

Greenpeace a détecté 11 substances chimiques et demande aux grandes marques de trouver des solutions alternatives d’ici 2020. Plusieurs marques comme H&M et Marks and Spencer ont réagi positivement.

Jérôme Frignet, chargé de campagne de Greenpeace :

« Les résultats des tests donnent à l’expression fashion victim un sens particulièrement inquiétant. »

« Ces grandes marques contribuent à la pollution des eaux partout dans le monde et menacent à terme notre santé. Il est grand temps que ces marques entament une cure de désintox en s’engageant à cesser d’utiliser ces produits toxiques. Les gens doivent pouvoir s’habiller sans être les complices involontaires de cette contamination. »

 

Zara fashion victime

D’autres marques ne semblent pas s’inquiéter des méthodes toxiques utilisées par leurs sous-traitants. Pour faire bouger les lignes, Greenpeace vise le plus en vogue des réfractaires, Zara, numéro 1 mondial de l’habillement.

Jérôme Frignet :

« En tant que leader du marché de la vente de prêt-à-porter, Zara doit donner l’exemple en excluant les produits chimiques dangereux de sa chaîne de fabrication et de ses vêtements. »

Via un site spécialement dédié à Zara, l’ONG invite les internautes à participer à la campagne Detox pour convaincre le leader espagnol de la mode de laver son linge sale :

« Zara a un sale petit secret »
« Zara est accro aux produits chimiques dangereux »
« Zara peut faire une mode sans pollution »

Rejoignez le mouvement Detox pour convaincre ZARA

Après 2 jours de campagne et 200 000 signatures, la marque Zara s’est rapprochée de Greenpeace pour s’engager « à prendre les mesures nécessaires pour atteindre, dans les plus brefs délais, l’objectif commun de zéro rejet ».

Sources :
presse.greenpeace.fr : Greenpeace dévoile les dessous toxiques de la mode,
> greenpeace.org : Zara: Fast fashion, slow to Detox


Partager...
  • 32
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •